Pollution sonore : les dauphins réduits au silence

Les océans ont cessé d'être silencieux. À en croire une étude publiée dans le journal "Biology Letters", les navires sont si bruyants que les dauphins sont contraints de communiquer moins efficacement : leurs sifflements sont de moins en moins complexes.

2018 11 16 17h43 08© George Karbus Photography – Getty

L’activité humaine n’a pas seulement contribué à réchauffer les océans : elle a aussi troublé leur silence. Hélices de navires et minages océaniques polluent constamment la quiétude des fonds marins, et les animaux qui y vivent, longtemps habitués au silence, sont contraintes de modifier leurs comportements.

Selon une étude parue dans le journal Biology Letters de la Royal Society, l’équivalent de l’Académie des sciences en France, les dauphins et autres mammifères marins, comme les baleines, ont commencé à moduler leurs sifflements en fonction du bruit ambiant.

L’étude, intitulée “Les Dauphins simplifient leurs appels vocaux en réponse à l’accroissement du bruit ambiant” (“Dolphins simplify their vocal calls in response to increased ambient noise”), menée par les biologistes marins Helen Bailey et Leila Fouda, de l’université du Maryland, a porté sur l’analyse de plus de 200 enregistrements de cris de dauphins, collectés au cours de trois mois passés au Nord de l’océan Atlantique.

Les dauphins émettent normalement des sifflements avec un ton montant et descendant et des variations de fréquence. Les résultats obtenus montrent que, lorsque le bruit ambiant dû à des bateaux est important, plus les fréquences utilisées sont élevées et les sifflements, qui permettent aux dauphins de s’identifier, moins complexes.

“La simplification de ces sifflements pourrait réduire les informations dans ces signaux acoustiques et rendre plus difficile la communication pour les dauphins”, a assuré la Dr. Leila Fouda. “C’est un peu comme essayer de répondre à une question dans un bar bruyant et, après plusieurs tentatives répétées pour être entendu, on finit par donner la réponse la plus courte possible”, a renchéri la Dr. Helen Bailey.

Plongée sonore

Dès mars 1993, l’émission Chasseurs de sons rappelait l'utilité de l'expression sonore pour les dauphins, et proposait une plongée sonore immersive dans les fonds marins, en compagnie des baleines, bélugas et rorquals :

«Les dauphins émettent des ultra-sons brefs, lancés au rythme de 5 à plusieurs centaines par seconde, sur une bande de fréquence allant de 20 à 170 kHz, leur permettant d’avoir des fonctions identiques à celles d’un sonar. Mais outre ces sons inaudibles pour l’oreille humaine, ils produisent toute une panoplie de cris divers. Des cris, des sifflements, des claquements leur permettant de communiquer entre eux. Certaines expériences avec des dauphins apprivoisés ont montré que chaque individu possédait sa propre voix. Ils échangeaient des messages complexes, favorisant un développement très poussé de leur vie sociale et de leurs rapports avec l’homme».

L'étude publiée de la Royal Society préconisait, quant à elle, faute de pouvoir diminuer le nombre de navires en mer ou d'en revenir aux voiliers, de réfléchir à des moyens de rendre les moteurs plus silencieux. Et de permettre aux océans de retrouver un peu de calme.

Pierre ROPERT - © France culture - https://www.franceculture.fr/ecologie-et-environnement/pollution-sonore-les-dauphins-reduits-au-silence

Lire aussi :

Le bruit humain bouleverse toute la chaîne de vie océanique

Le bruit des bateaux double la mortalité des poissons

La pollution sonore assourdit nos océans : cause d’échouages massifs de cétacés ?

Ajouter un commentaire