Irlande : découverte d’une pouponnière de requins

À l’aide d’un robot télécommandé, des chercheurs de l’Institut maritime irlandais ont découvert des milliers d’œufs de requins, à plusieurs centaines de mètres de profondeur.

2018 11 16 18h49 39 2Capture d’écran vidéo SeaRover 2018 © marineinstituteIRL

Des scientifiques de l’Institut maritime irlandais ont fait une belle découverte : ils ont trouvé une «pouponnière» de requins, à quelque 370 kilomètres au large de la côte ouest de l’Irlande. Cette trouvaille a été présentée jeudi 8 novembre, dans le cadre d’un séminaire Infomar, vaste programme de cartographie des fonds marins dont le gouvernement irlandais est à l’origine.

Des milliers d’œufs

En juillet dernier, le SeaRover, un robot télécommandé, a exploré les grands fonds marins irlandais. À des profondeurs pouvant atteindre les 750 mètres, il a repéré des milliers d’œufs, déposés sur des squelettes coralliens qui font office de tapis protecteur, les empêchant d’être emportés par les courants.

Image 1024 1024 8044634

Capture d’écran vidéo SeaRover 2018 © marineinstituteIRL

De telles concentrations d’œufs sont rarement enregistrées et indiquent que les femelles semblent se rassembler dans cette zone particulière du fond marin pour pondre leurs œufs. La pouponnière se trouve d’ailleurs dans l’une des six zones spéciales de conservation du vaste territoire océanique de l’Irlande, qui abritent une grande variété de créatures marines.

Des pristiures à bouche noire (Galeus melastomus), très présents dans l’Atlantique Nord-Est, ont été observés sur le site. Les scientifiques pensent qu’il peut s’agir de leurs œufs. Une deuxième espèce, plus inhabituelle et solitaire, la centrine humantin (Oxynotus paradoxus), a également été repérée.

Ces deux espèces figurent sur la liste «rouge» des espèces menacées de l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN).

Refuge pour les petits requins

«Nous pensons que les requins adultes pourraient utiliser des récifs coralliens dégradés et des roches carbonatées exposées pour pondre leurs œufs. Un récif corallien sain dans les environs peut servir de refuge aux petits requins après leur éclosion», explique David O’Sullivan, scientifique en chef de l’étude SeaRover, dans un communiqué de l’Institut maritime irlandais.

D’après The Guardian, pendant l’exploration, aucun petit requin n’a été détecté, mais les chercheurs prévoient de revenir pendant la saison d’éclosion pour observer les bébés.

«On s’attend à ce qu’une étude plus approfondie du site réponde à d’importantes questions scientifiques sur la biologie et l’écologie des requins d’eau profonde dans les eaux irlandaises», conclut David O’Sullivan.

© Ouest France - https://www.ouest-france.fr/leditiondusoir/data/37918/reader/reader.html?utm_source=neolane_of-eds_newsletter&utm_medium=email&utm_campaign=lienarticle&utm_content=20181112&vid=1355552#!preferred/1/package/37918/pub/55002/page/7

Ajouter un commentaire