Chasse à la baleine : la Norvège augmente ses quotas de 30%

La Norvège a fixé à 1.278 le nombre de baleines susceptibles d'être harponnées dans ses eaux en 2018, une hausse de 28% par rapport à l'an dernier pour tenter de relancer une activité qui semble péricliter.

Media xll 10318794

Deux baleines capturées en Islande. © Halldor KOLBEINS / AFP

Depuis plusieurs années, les chasseurs de baleines peinent à remplir les quotas accordés par Oslo et le nombre de bateaux engagés dans cette activité très controversée sur la scène internationale ne cesse de diminuer. Alors qu'ils étaient environ 350 en 1950, le nombre de bateaux norvégiens pratiquant cette chasse est tombé à 11 en 2017, un chiffre quasiment divisé par deux par rapport à 2016.

"J'espère que les quotas et la fusion des zones de pêche constitueront un bon point de départ pour une bonne saison de chasse pour le secteur baleinier", a déclaré le ministre de la Pêche, Per Sandberg, dans un communiqué.

La Norvège est, avec l'Islande, le seul pays au monde à autoriser la chasse à la baleine. Le Japon pratique aussi la chasse mais officiellement à des fins scientifiques, même si une grande partie de la viande est ensuite écoulée sur le marché.

Malgré un moratoire international mis en place par la Commission baleinière internationale (CBI) depuis 1986, le pays scandinave a repris la chasse au petit rorqual (ou baleine de Minke) en 1993, jugeant la population de cétacés suffisamment abondante. Selon Oslo, les eaux norvégiennes abritent plus de 100.000 de ces baleines.

Désaffection de l'opinion

L'activité connaît cependant un fort déclin : alors qu'ils étaient environ 350 en 1950, le nombre de bateaux norvégiens pratiquant cette chasse est tombé à 11 en 2017, un chiffre quasiment divisé par deux par rapport à 2016.

Le nombre de prises a parallèlement sensiblement reculé, de 660 cétacés harponnés en 2015 à 432 l'an dernier (sur un quota de 999), le chiffre "le plus bas depuis de nombreuses années" de l'aveu même du ministère. Une partie de la viande est ensuite exportée vers le Japon.

Les professionnels se sont plaints de l'engorgement des usines de conditionnement à terre, du coût élevé du carburant ou de zones de chasse trop éloignées. Mais, pour les défenseurs des animaux, cette tendance traduit une désaffection des consommateurs pour la viande de baleine, qui fut autrefois le "plat du pauvre" en Norvège.

"La Norvège devrait tirer les conséquences logiques du moratoire de la CBI sur la chasse commerciale à la baleine, de l'opposition large à la chasse, ainsi que de l'absence d'un marché local pour les produits, et démanteler cette industrie dépassée et superflue", a commenté le chef de Greenpeace Norvège, Truls Gulowsen.

"La chasse norvégienne à la baleine est une chose du passé, perpétuée uniquement pour des motifs politiques exsangues et qui devrait être éliminée aussi rapidement que possible."

© AFP / 2018

Ajouter un commentaire