2018 : disparition annoncée !

En 2017, il ne restait plus qu'une trentaine de vaquitas. Selon Andrea Crosta, directeur du Comité International pour la Sauvegarde du Vaquita (CIRVA), les études acoustiques dans les eaux du golfe de Californie viennent de démontrer qu’il ne resterait qu’une douzaine de ces petits marsouins du pacifique.

Learn photo

Toujours selon Andrea Crosta, il n’y a pas vraiment de désirs de freiner localement la pêche illégale des Totoabas. Les pêcheurs illégaux proviennent principalement de 2 villages San Felipe et Santa Clara. Il pense également que ces pêcheurs attendent la disparition des vaquitas pour pêcher davantage et avec moins de restrictions.

"Le gouvernement du Mexique a récemment intensifié ses efforts pour freiner l'utilisation des filets maillants dans la zone où vit le vaquita, mais avec des résultats très médiocres", déclare Andrea Crosta. "J'ai personnellement vu des douzaines de bateaux de pêche illégaux sortirent en mer au milieu de la journée, même dans des zones où patrouille la marine mexicaine. C’est encore pire durant la nuit."

En 2017, dans une tentative désespérée pour tenter de sauver le petit cétacé, le CIRVA avait monté une opération de sauvetage dont le but était de capturer des individus adultes, de les placer dans un sanctuaire afin qu’ils se reproduisent.

Cette tentative s’est soldée par un échec, avec notamment le décès d’une femelle durant sa courte détention.

À la question pensez-vous qu’il y a encore de l’espoir pour cette espèce, Andrea costa déclare : "Je ne sais pas s'il est prévu de reprendre la capture des dernières vaquitas, peut-être en utilisant une méthodologie différente. Mais peu importe ce qu'ils décident, personnellement, je ne pense pas qu'un nombre viable de vaquitas survivra à la prochaine haute saison de pêche illégale au totoaba, qui commence maintenant."

La principale cause de la mort de ce petit marsouin est l'enchevêtrement dans les filets maillants utilisés pour attraper le totoaba, un poisson dont la vessie natatoire est très demandée et qui fait l'objet d'un trafic illégal. Les vaquitas sont les victimes collatérales du trafic du poisson totoaba, une autre espèce endémique du golfe de Californie."

© C’est Assez - https://www.facebook.com/cest.assez.collectif/?hc_ref=ART4CWUrfACe1Ir_SZsT9wE2dA9ZyGUOCzuQNXVRpk66Ut4tdebnbBME0_0zAcgw7Us

Lire aussi :

Vaquitas et totoaba

Le cadavre d'un marsouin du Pacifique (ou Vaquita) retrouvé : l'extinction se rapproche encore

Le marsouin du Pacifique pourrait disparaître en 2018 !

Les biologistes renoncent à capturer les vaquitas

Ajouter un commentaire