Les coraux face au réchauffement climatique

Les coraux sont fascinants. Ces animaux extrêmement anciens sont devenus peu à peu des constructeurs de récifs. Mais aujourd'hui, ils sont en danger. Blanchissement, perte de biodiversité, maladies : le réchauffement climatique est lourd de conséquences pour les barrières de corail.

Recif corallien carless reef 3

Photo DR

Les récifs coralliens sont uniques : ce sont les plus grandes structures terrestres fabriquées par de tout petits organismes vivants, mais les coraux sont aussi des systèmes complexes, fragilisés par le réchauffement climatique.

Les coraux rivalisent avec les forêts primaires par la longévité de leurs communautés écologiques. Présents dans les couches géologiques vieilles de plus de 400 millions d'années sous la forme de polypes solitaires, les coraux sont des animaux extrêmement anciens qui sont devenus depuis les 25 derniers millions d'années des constructeurs de récifs.

20ff46a8b3 121647 01 1

Les coraux doivent faire face au réchauffement climatique. Ici, colonie corallienne abritant un banc de poissons-demoiselles (Chromis viridis), qui y résident à l'année. © Martin Colognoli, Coral Guardian

Aujourd'hui pourtant, les coraux sont menacés. Dans ce dossier, partez à la rencontre de ces animaux si particuliers, découvrez pourquoi ils sont importants pour la biodiversité marine ainsi que pour les Hommes et pourquoi le réchauffement climatique a un impact sur eux.

Les coraux, un habitat unique

494833252e 121648 02

Les coraux forment un habitat unique. Ici, on peut voir plusieurs espèces du genre Acropora. © Martin Colognoli, Coral Guardian

Les coraux font partie des écosystèmes les plus diversifiés de la planète. Ils représentent seulement 0,2 % de la surface océanique et abritent au moins le quart de toutes les espèces marines, constituant ainsi un habitat unique.

Encore beaucoup d'espèces de coraux restent inconnues à ce jour : il est donc difficile d'estimer le nombre d'espèces totales présentes. À l'heure actuelle, on pense qu'il existe entre 93.000 et trois millions d'espèces. Dans les Caraïbes, 48 différentes espèces de coraux ont été recensées et dans l'Indo-Pacifique, plus de 700.

Dans ces labyrinthes de calcaire vivant, les scientifiques estiment que plus d'un million d'espèces animales et végétales y sont associées et qu'ils accueillent plus de 25 % des espèces de toute la vie marine.

Un refuge pour les poissons

Les récifs accueillent souvent les juvéniles de poissons qui vivront plus au large. Ils servent aussi de refuge contre les prédateurs pour certains.

Ils sont à la base de la formation d'autres écosystèmes. En effet, le pâturage des formations coralliennes par les hordes de poissons-perroquets conduit à la formation de très grandes étendues de sable ; celui-ci, par l'action des courants, conduit à la formation de hauts fonds, d'îles et surtout, dans les zones propices, à la formation des mangroves et autres forêts côtières.

Les mangroves sont par ailleurs un des écosystèmes les plus recherchés par certaines espèces de poissons pour venir y pondre et pour la croissance de leurs juvéniles.

Une barrière naturelle

2018 05 12 17h44 26 2

Les récifs coralliens sont une barrière naturelle. Ici, un récif naturel en très bonne santé où les espèces rivalisent même pour obtenir plus d'espace. © Guillaume Holzer, Coral Guardian

Les récifs coralliens n'occupent qu'une infime partie des fonds marins : moins de 0,2 %. Pourtant, ils longent plus de 150.000 kilomètres de côtes dans plus de 100 pays et territoires, où ils forment une barrière naturelle. 

De par leur formation massive comprise entre la surface et les quelques premières dizaines de mètres de profondeur, les récifs coralliens forment une barrière absorbant de manière très efficace les éléments venant du large.

Ils absorbent l'énergie des vagues et concourent à la réduction de l'érosion des côtes. Ils réduisent les dommages en cas de tempêtes, ouragans et autres cyclones, ainsi que, d'une certaine manière, l'énergie des tsunamis.

Une protection pour les atolls

Ce faisant, ils protègent à la fois les écosystèmes se trouvant entre les récifs et les côtes, comme les lagons abritant des herbiers par exemple, et les installations humaines implantées en bord de mer.

Leur action est tellement efficace que l'Homme les imite en immergeant des structures en béton le long de certaines de nos côtes fragilisées. Sans ce rôle protecteur, certains pays constitués d'atolls, comme les Maldives, les Kiribati, les Tuvalu et les Îles Marshall, qui sont littéralement bâtis sur les récifs coralliens, n'existeraient plus sans cette frange protectrice.

Des enjeux humains et économiques

2018 05 12 18h09 11 2

Derrière les coraux, il y a des enjeux humains et économiques. © Guillaume Holzer, Coral Guardian

La problématique des coraux implique aussi des enjeux humains et économiques. En effet, un huitième de la population mondiale, soit environ 850 millions de personnes, vit à moins de 100 kilomètres de récifs et est susceptible de tirer des avantages des services écosystémiques fournis par les récifs.

Les coraux ont leur importance sur le plan alimentaire : plus de 275 millions de personnes vivent à moins de 10 kilomètres de côtes et à moins de 30 kilomètres de récifs.

Pêche dans les eaux des récifs

Une large proportion des populations humaines vivant près des récifs se trouvent dans des pays en voie de développement et dans des nations insulaires ; elles dépendent donc, dans une grande proportion, de la nourriture directement prélevée dans les eaux récifales et des moyens directs et indirects de subsistance pouvant en être tirés.

Les animaux récifaux sont une source importante de protéines, contribuant à environ un quart de la prise de poissons en moyenne dans ces pays. Des récifs «bien gérés» peuvent donner entre 5 et 15 tonnes de poissons, crustacés, mollusques et autres invertébrés par kilomètre carré et par an.

Une importance économique

Du fait des revenus directement issus de la pêche dans leurs eaux, les récifs fournissent une ressource et des services d'une valeur de plusieurs milliards de dollars chaque année.

Selon une estimation, le bénéfice net total annuel des récifs coralliens dans le monde est de 36 milliards de dollars.

Coraux et tourisme

2018 05 12 18h15 58 2

Les coraux attirent les touristes, qui apprécient observer la faune et la flore sous-marines. © Guillaume Holzer, Coral Guardian

Les récifs sont souvent l'élément essentiel dans l'économie des régions tropicales qui les abritent. Les coraux attirent en effet plongeurs, apnéistes, pêcheurs récréatifs et amateurs de plages de sable blanc.

Plus de 100 pays bénéficient du tourisme lié aux récifs et le corail contribue à plus de 30 % des recettes d'exportation dans plus de 20 pays. 

Le tourisme récifal

Les économies locales bénéficient de milliards de dollars provenant des visiteurs de leurs récifs auprès des entreprises exploitant les écosystèmes récifaux. Par le biais des services touristiques, des milliards de dollars sont collectés.

Dans de nombreuses petites îles, plus de 90 % du nouveau développement économique est tributaire de ce tourisme côtier. Le tourisme récifal, s'il est géré de manière durable, peut fournir des ressources alternatives ou complémentaires de revenus pour les communautés côtières dans les pays en développement.

Impact du réchauffement climatique sur les récifs

2018 05 12 18h21 30 2

Quel est l'impact du réchauffement climatique sur les récifs ? Ici, nurserie de coraux. © Martin Colognoli, Coral Guardian

Les récifs coralliens sont souvent en proie à des problématiques multifactorielles. C'est pour cela qu'il est parfois difficile d'identifier la cause de leur dégradation. Blanchissement, perte de biodiversité, maladies des coraux : quel est l'impact du réchauffement climatique sur les récifs ? Quelles conséquences pour les communautés humaines ?

Les coraux sont des organismes possédant une faible capacité d'adaptation au changement des conditions du milieu dans lequel ils vivent. Pourtant, des données géologiques montrent qu'ils ont, au cours du temps, subi de grandes variations du climat.

Ils se sont adaptés car ces changements se sont passés de façon douce. Ils peuvent aussi survivre à de nombreuses variations brutales si les conditions entre ces variations restent viables. Malheureusement, tout s'accélère avec le réchauffement climatique et c'est cela, couplé à des problématiques locales de surpêche, de pêche destructrice et de pollution, qui met en péril les récifs.

Blanchissement des coraux

Les récifs coralliens sont directement menacés par le réchauffement climatique. La température de l'eau de surface des océans a augmenté en moyenne de 0,5 °C depuis 1860 jusqu'à aujourd'hui.

Les prévisions du Giec annoncent une augmentation de la température moyenne de l'air de 1,5 °C d'ici 2100. Les eaux de surface des océans se réchaufferont donc encore. Les récifs coralliens sont très sensibles aux changements de températures du fait de leur faible capacité d'adaptation.

1 à 2 °C d'augmentation de températures des eaux de surface au-delà des maxima habituels sur une durée de 2 semaines, voilà qui est suffisant pour provoquer un blanchissement massif, affectant la croissance, l'alimentation et d'autres processus écologiques des récifs.

Acidification de l'océan

La baisse du pH de l'eau des océans est causée par l'absorption de dioxyde de carbone (CO2) présent dans l'atmosphère. L'augmentation du dioxyde de carbone atmosphérique entraîne en cascade l'augmentation des concentrations en dioxyde de carbone dissout dans l'eau des océans. La résultante est l'acidification de ces eaux.

L'acidification des eaux des océans réduit la faculté des coraux à fabriquer leurs squelettes calcaires, ce qui les rend donc beaucoup plus vulnérables à l'érosion. Il est probable qu'un jour le taux d'érosion des récifs soit plus important que leur taux de croissance.

Élévation du niveau de l'eau et tempêtes

Le changement climatique a aussi d'autres effets tels que l'élévation du niveau de surface des océans et l'augmentation de la fréquence et de la puissance des tempêtes. Ces effets sont tout aussi néfastes pour les récifs coralliens.

Impact sur les écosystèmes coralliens

  1. Perte de biodiversité :

La diminution de la biodiversité a un effet direct sur la résilience des écosystèmes récifaux. La résilience d'un écosystème est sa capacité à se remettre d'une perturbation et donc de résister à un changement d'état. Les services rendus par ces écosystèmes sont donc amoindris et fragilisés.

  1. Maladies :

Les maladies touchant les coraux furent décrites pour la première fois dans les années 1970. Cela ne veut pas dire que ces maladies n'existaient pas auparavant, mais que ces maladies se sont développées à plus grande échelle, suffisamment pour être observées.

La progression de ces maladies serait liée à la baisse de la biodiversité et à la présence d'enrichissement en nutriments favorisant le développement de macro-algues. C'est un signe de déséquilibre et de faiblesse de l'écosystème.

  1. Blanchissement :

Le phénomène de blanchissement est dû à la perte des zooxanthelles (microalgues symbiotiques vivant au sein des tissus du corail). Il affecte l'alimentation du corail, son métabolisme et donc sa capacité à construire un récif.

2018 05 12 18h28 57 2

Épisode de blanchissement (Indonésie). © Guillaume Holzer, Coral Guardian

Si la température de surface des océans continue d'augmenter, la fréquence et la gravité du blanchissement des coraux vont également augmenter, affectant probablement la capacité des récifs coralliens à s'adapter et à fournir la plupart des services que nous leur demandons.

Les coraux peuvent récupérer à la fin d'un épisode de blanchissement si la période de stress ne persiste pas à travers le temps. Au contraire, si les périodes de stress persistent et s'intensifient, alors, c'est la mort du récif qui s'en suivra.

En quarante ans, 40 % des récifs ont déjà disparu et les scientifiques s'accordent à dire que si rien n'est fait d'ici 2050, la totalité aura disparu.

Impact du réchauffement climatique sur les communautés locales

Avec la dégradation de ces récifs, on constate une diminution de la qualité des services délivrés par ces écosystèmes. A contrario, par exemple, les baies protégées par des récifs coralliens en bonne santé ont moins souffert des ouragans Irma et Maria en novembre 2017.

Les services délivrés par les récifs sont utiles à l'économie du monde entier mais surtout à la subsistance de nombreuses communautés locales qui en dépendent pour vivre.

1579e36e94 121710 fsdscn1856

Le renforcement capacitaire des communautés locales passe par l'apprentissage de l'écologie marine. Ici, Martin apprend à Komang et Muslim comment reconnaître les différents types de coraux. © Guillaume Holzer, Coral Guardian

La dégradation des récifs implique une diminution de la sécurité alimentaire, une remise en question des modes de vie traditionnels liés à la pêche, une mise en danger des lieux de vie des communautés locales et une diminution de leurs revenus.

Protéger les coraux

Quelles solutions et initiatives pour protéger les coraux ? La conservation marine est essentielle et la sensibilisation en est la clé.

Les pressions humaines sont de nos jours tellement fortes que dans certaines régions, les récifs coralliens ne sont plus en mesure de récupérer de façon naturelle.

Pour essayer d'aider l'écosystème à continuer de fournir les services écologiques nécessaires, des méthodes très récentes sont apparues, comme la restauration écologique active. Il faut considérer ces méthodes avec prudence car de nos jours il est impossible de recréer un récif comme ceux présents naturellement.

E2f3483359 121709 fstable

Dans cette nurserie, vivent trois espèces d'Acropora branchus, qui poussent de 0,6 cm à plus de 1 cm par mois. © Guillaume Holzer, Coral Guardian

La conservation marine participative

Coral Guardian fait de la conservation marine participative en incluant les communautés locales car l'écologie et les Hommes sont indissociables. L'humain étant la raison de la destruction de ces écosystèmes, il en est aussi la clé pour leur protection.

Coral Guardian croit surtout en la sensibilisation car c'est en montrant leur nécessité à la survie de l'Homme qu'on sauvera les récifs. Coral Guardian agit à l'échelle locale donc, mais aussi à l'échelle globale, car c'est en diminuant nos émissions de CO2 que les récifs pourront survivre.

Adopter un corail

Si nous ne voulons pas perdre la richesse en biodiversité, il faut agir localement, mais surtout globalement. Limiter le réchauffement climatique à moins de 2 °C est l'urgence absolue. Chacun d'entre nous est concerné et, à propos des coraux en particulier, chacun peut travailler à leur conservation locale, en adoptant un corail par exemple.

D8f5f9e6ea 121653 08

Adopter un corail, c'est possible ? Ici, repérage sur une zone détruite à la dynamite. © Coral Guardian

Il est indispensable que les gouvernements des différents pays agissent et respectent l'accord de Paris. Mais chacun peut aussi agir en en parlant autour de soi, en essayant d'adopter un mode de vie plus respectueux de l'environnement et en faisant un petit geste : l'adoption d’un corail !

Cela aidera des associations comme Coral Guardian à continuer leur travail de conservation locale, de sensibilisation globale et de recherche. Il reste de l'espoir. Ensemble, nous arriverons peut-être à sauver les récifs coralliens.

Martin COLOGNOLI - Directeur scientifique Coral Guardian - © Futura Sciences https://www.futura-sciences.com/planete/dossiers/environnement-coraux-face-rechauffement-climatique-2479/#xtor=EPR-43-[DOSSIERPLANETE]-20180427

Ajouter un commentaire