Pêche électrique : BLOOM demande à l’IFREMER de publier un rapport confidentiel

Les États comme la Commission européenne, première coupable de l’autorisation de cette méthode de pêche, vont dans le sens des industriels en produisant une recherche orientée, à la méthodologie douteuse.

8518d2d61296fcc80aa339510eaeb

La pêche électrique qui présente l'avantage de ne pas trop racler le fond de la mer, ne laisse en revanche guère de chance à la ressource halieutique. © BFMTV

Le 29 mai, BLOOM Association a officiellement demandé à l’IFREMER l’accès à un rapport confidentiel sur l’impact de l’électricité sur les larves.

L’immense efficacité de la pêche électrique pour capturer les poissons attise les convoitises des pêcheurs industriels, notamment néerlandais, mais aussi français, espagnols, écossais…

Ils font pression sur les pouvoirs publics pour obtenir que le courant électrique puisse continuer à être utilisé dans le milieu marin.

Les États comme la Commission européenne, première coupable de l’autorisation de cette méthode de pêche, vont dans le sens des industriels en produisant une recherche orientée, à la méthodologie douteuse, comme on en voit bourgeonner en cette fin de mois de mai alors que les négociations européennes sur l’interdiction de la pêche électrique touchent peut-être à leur fin.

Mais si un institut de recherche a en sa possession des données critiques sur l’impact du courant électrique sur la vie marine et qu’il ne les rend pas publiques, la faute est tout aussi grave que de produire des données biaisées.

Un rapport confidentiel au contenu déterminant pour le dossier «pêche électrique»

Or, l’IFREMER a en sa possession de telles données mais elles ne sont pas publiques. Pis, toute mention à ce rapport d’expertise a disparu du site de l’IFREMER.

L’Institut français de recherche pour l’exploitation de la mer a produit un rapport d’expertise en 2016 à la suite de mortalités importantes de larves de bar de la société Aquastream située à Plœmeur dans le Morbihan.

Cette écloserie française bénéficiait d’un savoir-faire unique et fournissait de nombreux clients dans plusieurs pays, essentiellement situés autour du bassin méditerranéen. Elle a malheureusement été placée en liquidation judiciaire en 2017 à la suite de pertes importantes liées à des mortalités de larves de bar. Il semblerait que ces mortalités importantes aient été dues à la présence de faibles courants électriques dans les bassins.

Dans le contexte actuel de négociation européenne sur l’avenir de la pêche électrique et à la suite du vote du Parlement européen en janvier 2018 visant à interdire définitivement l’usage du courant électrique pour capturer des organismes marins, ce rapport d’expertise pourrait apporter des éléments cruciaux permettant de comprendre les impacts de l’électricité sur les larves de poisson. Les effets du courant sur les premiers stades de la vie sont encore très peu connus et étudiés.

Or ce rapport, visiblement confidentiel, a en plus été retiré du site de l’IFREMER alors qu’il était encore mentionné en janvier 2018.

À travers cette demande officielle, BLOOM espère pouvoir obtenir rapidement ce rapport d’une importance majeure. Un refus d’IFREMER et de l’État serait coupable dans le contexte actuel de négociations intenses où chaque nouvel élément peut jouer un rôle déterminant pour l’interdiction de cette méthode de pêche en Europe. Rappelons que la survie des pêcheurs artisans dépend d’une interdiction totale et rapide de la pêche électrique.

© Bloom Association - https://www.bloomassociation.org/demande-bloom-ifremer/

Lire aussi :

Pêche électrique: «Cette pratique fait honte à l’Europe et nous décrédibilise sur la scène internationale»

Des décharges électriques pour pêcher les poissons

Pêche électrique : la Commission européenne aurait manipulé des conclusions scientifiques

Ajouter un commentaire