Greenpeace découvre un paradis sous-marin

Greenpeace a rapporté des fonds marins de l'Antarctique des images d'une vie éblouissante. Son mini-sous-marin de deux places a découvert de nombreuses espèces d'éponges, des coraux, des seringues de mer et des étoiles de mer, de toutes les formes, de toutes les couleurs.

C'est la preuve, une fois de plus, de la présence d'un écosystème extrêmement riche sous ce désert de glace.

Cette exploration sous-marine a, bien sûr, un objectif bien précis : «Nous voulons aider à déterminer quelles zones précises doivent être protégées en priorité, notamment contre la pêche industrielle. Nous voulons rassembler les preuves qui permettront de soutenir la protection de l'océan Antarctique», explique Susanne Lockhart, une biologiste américaine présente à bord du sous-marin.

C'est au sein d'une coalition de nombreuses ONG (Antarctic Ocean Alliance) que Greenpeace milite pour l'établissement d'un sanctuaire marin en Antarctique, le plus vaste au monde. Il s'étendrait sur 1,8 million de kilomètres carrés (plus de trois fois la France) afin de constituer un refuge pour de nombreuses espèces, tels les manchots, les baleines, les phoques, mais aussi ce krill constitué de mini-crevettes, à la base de la chaîne alimentaire.

Cette proposition de sanctuaire est portée par l'Union européenne au sein de la Commission pour la conservation de la faune et la flore marines de l'Antarctique (CCAMLR).

Le brise-glace Arctic Sunrise de Greenpeace se donne trois mois pour sillonner la mer antarctique et en rapporter des milliers d'images des sublimes fonds marins.

Florise VAUBIEN & Frédéric LEWINO - © Le Point - http://www.lepoint.fr/sciences-nature/decouverte-d-un-paradis-sous-marin-par-greenpeace-24-01-2018-2189401_1924.php

Ajouter un commentaire