L'orque qui a transporté le cadavre de son petit pendant 17 jours

J35 (c’est son nom) a finalement lâché le cadavre de son petit 17 jours après la mort de celui-ci. Durant cette période, l'animal a parcouru pas moins de 1.600 kilomètres. L'orque semble en bonne santé.

Cover r4x3w1000 5b6313fcd9561 capture d e cran 2018 08 02 a 16 22 23

© Ken BALCOMB / CENTER FOR WHALE RESEARCH

Depuis plus de 15 jours, des chercheurs nord-américains suivaient le périple d'un groupe d'orques. L'une des membres gardait sur sa tête le cadavre de son petit mort depuis plusieurs jours.

J35 (c’est son nom) a finalement lâché le cadavre de son petit 17 jours après la mort de celui-ci. Durant cette période, l'animal a parcouru pas moins de 1.600 kilomètres. L'orque semble en bonne santé.

"Son deuil est désormais fini et elle se montre remarquablement vive", note le Centre pour la Recherche sur les Baleines dans un communiqué. "La carcasse a probablement sombré dans les profondeurs de la Mer des Salish et les chercheurs n'auront peut-être pas la chance de l'examiner lors d'une nécropsie", précise l'organisme de recherche.

Avec cet examen, les biologistes espéraient découvrir les raisons de la mort de la jeune orque, née dans une population en péril.

C'est une bien macabre procession qui circule au large des côtes nord-américaines depuis le 24 juillet 2018. Ce jour-là, une orque est née à proximité de la Colombie-Britannique, proche de la ville de Victoria (Canada).

En milieu de matinée, l'animal était encore en vie et nageait avec sa mère et ses congénères. Une équipe du Centre pour la Recherche sur les Baleines qui se trouvait alors au niveau du détroit de Haro, non loin de là, s'est dirigée vers le groupe d'orques afin de photographier le nouveau venu dans le cadre d'un recensement.

Malheureusement, une fois arrivés sur place, les chercheurs n'ont pu que constater la mort du nouveau-né, explique le centre dans un communiqué paru quelques jours plus tard. La mère nommée J35 n'a cependant pas abandonné le corps de sa progéniture.

"La carcasse du bébé coulait puis était chaque fois récupérée par la mère qui le soutenait avec sa tête et le poussait vers l'île de San Juan, aux Etats-Unis", note le communiqué. Le centre a publié sur Youtube une vidéo de ce comportement.

Cette population d'orques, baptisée SRKW ou Southern Resident killer whale est en péril. Cela fait désormais 3 ans qu'aucune femelle n'a réussi à mettre au monde une descendance viable.

Selon les chercheurs, le déclin de cette population s'explique par la raréfaction de leur proie principale : le saumon royal. D'après l'Agence américaine d'observation océanique et atmosphérique (NOAA), la population SRKW est menacée d'extinction imminente.

Anne-Sophie TASSART - © Sciences et Avenir -https://www.sciencesetavenir.fr/animaux/animaux-marins/l-orque-a-arrete-de-transporter-le-cadavre-de-son-petit-17-jours-apres-sa-mort_126438

Ajouter un commentaire