Plus de 6600 requins à bord d'un navire chinois

Un navire chinois intercepté dans l'archipel équatorien des Galapagos transportait une cargaison illégale de plus de 6 600 requins, dont des espèces menacées d'extinction.

Cover r4x3w1000 59a41ad8ac5bf 000 ru55t

Le navire chinois "Fu Yuan Yu Leng 999" et ses 300 tonnes de poisson illégales à son bord, confisquées par la marine équatorienne le 25 août 2017. © Juan CEVALLOS / AFP

L'embarcation de 98 mètres a été interceptée près de l'île San Cristobal, alors qu'elle naviguait illégalement dans les eaux de l'archipel de Galapagos, classé patrimoine naturel de l'Humanité pour sa flore et sa faune uniques.

À bord de cette embarcation, quelques 300 tonnes de pêche. "Il a été déterminé que la cargaison transportée dans les cales incluait plus de 6623 requins", a annoncé le Parc national des Galapagos (PNG) dimanche 27 août 2018, dans un communiqué.

Des espèces menacées d'extinction

Dans cette cargaison figurait des spécimens d'espèces vulnérables et menacées d'extinction comme des requins marteau, des requins-renards à gros yeux ou des requins-renard pélagiques.

Toutes les espèces de ces îles, appartenant à l’Équateur, sont protégées dans le périmètre des 138.000 km2 de la réserve marine la plus grande de la planète, et sanctuaire de divers animaux, dont des squales. La pêche industrielle est interdite, seule la pêche artisanale est tolérée dans cette zone.

Les requins sont victimes depuis des années de leurs ailerons, très appréciés par les asiatiques. Pékin et Quito sont membres de la Convention des Nations unies sur les droits de la mer, ce qui oblige normalement les deux pays à préserver et conserver les espèces des océans, et notamment les espèces vulnérables et migratoires comme les requins.

W453 83958 000 rs61v

Les 300 tonnes de poisson saisies sur le navire chinois. © HO/Environment ministry of Ecuador/AFP

3 jours de procès contre l'équipage

Les vingt marins de nationalité chinoise du navire "Fu Yuan Yu Leng 999" ont été soumis à 3 jours de procès. La justice équatorienne a condamné le commandant du navire à la peine maximale possible pour crimes contre la faune et la flore et trafic d'espèces, soit 4 ans de prison ferme.

Ses trois adjoints ont été condamnés à des peines de 3 ans de prison et les 16 autres marins à 1 an de prison. L'armateur du bateau a également écopé d'une amende de 5,9 millions de dollars.

Le tonnage et la taille du Fu Yuan Yu Leng 999 font qu'il s'agit du cas le plus important de pêche illégale dans les eaux de l'archipel. 17 embarcations sous pavillon équatorien ont été interceptées ces trois dernières années pour le même délit, avait déclaré à la presse Walter Bustos, le directeur du Parc national des Galapagos, le 26 août 2017.

Les habitants des Galapagos, qui défendent avec ardeur cet écosystème précieux, ont manifesté ces derniers jours contre la présence de 300 navires de pêche chinois dans les eaux internationales se trouvant face à l'archipel, mettant en avant l'impact écologique irréversible de ces pêches illégales sur les espèces.

W453 83957 000 ru7j7Des habitants de l'île de Santa Cruz aux Galapagos manifestent pour s'opposer à la pêche aux requins pratiquée par des navires chinois. © Juan CEVALLOS / AFP

© Sciences et Avenir avec AFP - https://www.sciencesetavenir.fr/nature-environnement/mers-et-oceans/peche-illegale-aux-galapagos-peines-de-prison-pour-des-marins-chinois_115834

Ajouter un commentaire