Des serpents de mer noircis par la pollution

Dans les eaux de Nouvelle-Calédonie, certaines zones sont si polluées que la couleur des serpents marins a changé pour leur permettre de survivre.

Cover r4x3w1000

Comparaison entre un serpent Emydocephalus annulatus qui évolue dans une zone polluée par rapport à son homologue qui vit dans des eaux plus saines. © Current Biology / Claire Goiran & all

Au 19e siècle, la révolution industrielle avait conduit une espèce de papillon, la phalène du bouleau, à adopter des ailes noires pour mieux pouvoir se confondre avec la noirceur du charbon qui recouvrait les arbres anglais.

Dans un article paru dans la revue Current Biology, une équipe composée de deux chercheurs français et d'un chercheur australien a découvert un écho plus contemporain à ce phénomène : les serpents à tête de tortue (Emydocephalus annulatus), normalement rayés ou tachetés, peuvent devenir complètement noir en réponse à la pollution.

Des composés toxiques découverts dans les écailles de ces serpents

Afin d'étudier ce phénomène, les biologistes ont procédé à des analyses sur des mues (peaux) de serpents retrouvées aux abords des côtes de Nouvelle-Calédonie, dans des zones polluées et dans d'autres préservées. Ils ont également comparé la concentration de différents composés toxiques (plomb, cuivre, arsenic...) dans les écailles foncées et claires. Pour faciliter cette dernière comparaison, ils ont procédé aux mesures sur des mues de Laticauda, des serpents de mer dont les rayures sont particulièrement marquées.

Selon les résultats de l'étude, les éléments chimiques toxiques sont bien plus concentrés dans les écailles des serpents qui évoluent dans des zones polluées. Et de manière générale, ils sont présents en quantité supérieure dans les écailles noires par rapport aux écailles plus claires, même lorsqu'elles recouvrent toutes le corps d'un seul et même spécimen. 

Une adaptation complexe pour faire face à la pollution

L'hypothèse des chercheurs : la couleur sombre et unie des serpents à tête de tortue qui vivent dans les zones polluées leur faciliterait l'excrétion des éléments toxiques auxquels ils sont confrontés, et qu'ils absorbent généralement par l'ingestion de proies contaminées.

La mélanine contenue en grande quantité dans les écailles noires se lie aux composés chimiques et permet donc de les stocker transitoirement.... avant de les évacuer à l'occasion de la mue. Par ailleurs, chez Emydocephalus annulatus, "les serpents mélaniques (noirs, NDLR) muent plus souvent que leurs congénères rayés", indique l'étude.

La couleur représente ainsi une adaptation complexe à l'environnement, qui permet à ces reptiles de continuer à nager (et à survivre) dans des eaux polluées.

Anne-Sophie TASSART - © Sciences et Avenir -https://www.sciencesetavenir.fr/animaux/reptiles-et-amphibiens/des-serpents-de-mer-devenus-completement-noirs-a-cause-de-la-pollution_115599#xtor=EPR-1-[SEAActu17h]-20170818

Ajouter un commentaire