Une «poubelle de la mer» pour nettoyer les ports

Hydrocarbures, huiles, bouteilles et déchets en tous genres… Les eaux des ports figurent parmi les espaces maritimes les plus pollués. Pour y remédier, Andrew Turton et Pete Ceglinski, deux surfeurs australiens, ont imaginé la seabin, une poubelle qui aspire les déchets toute seule.

Seabin project v5 hybrid in action 380x272 2

La seabin permet de récupérer les déchets et de filtrer les eaux portuaires. © Seabin projetc

Le dispositif a été installé pour la première fois au Royaume-Uni, le 11 octobre, dans le port de Portsmouth. Un financement participatif a été mis en place pour développer le projet. Il a permis de collecter 550 000 euros.

La seabin fonctionne sur le principe des dispositifs de filtration utilisés en aquariophilie. La poubelle, flottant à la surface de l’eau, est raccordée à une pompe à eau, située à terre. L’aspiration qui en découle attire les détritus à l’intérieur de la seabin, qui capture les détritus dans un sac en fibres naturelles.

80 000 bouteilles par an

Un filtre, placé sur la pompe à eau, permet aussi de purifier l’eau en éliminant tous les liquides polluants : huiles, hydrocarbures, détergents… Les bacs collecteront en moyenne entre 1 et 1,5 kg de débris par jour. À l’année, la seabin pourrait récupérer 80 000 bouteilles.

«Ce qui serait encore mieux (NDLR : que la seabin) serait un monde où l’on n’en aurait pas besoin», ont plaisanté les concepteurs.

D'autres ports, notamment Port Adriano en Espagne ou Helsinki en Finlande, testent le dispositif. La seabin devrait débuter sa commercialisation courant novembre pour un coût unitaire de 3 800 euros.

© Le Marin - http://www.lemarin.fr/secteurs-activites/environnement/29662-une-poubelle-de-la-mer-pour-nettoyer-leau-du-port-de

Ajouter un commentaire