Pacifique est : les États échouent à gérer le thon tropical

Adopter un plan de gestion pluriannuel des thons tropicaux dans le Pacifique est était l’unique ambition de la réunion annuelle extraordinaire de la Commission interaméricaine du thon tropical (IATTC), en Californie, après les échecs en juillet et octobre 2016. Il y a des progrès... mais insuffisants.

Lf thon tropical albacore

Les prises de thon albacore sont plafonnées sous DCP ou en cas de risque de capture accidentelle de dauphin, mais pas globalement, déplore l’Union européenne. (© Lionel Flageul)

L’accord de dernière minute obtenu le 10 février comprend bien une limite de capture pour certaines pêcheries en 2017, mais «pas à la hauteur de ce qui est nécessaire pour garantir une gestion durable à long terme des stocks de thonidés», déplore la Commission européenne. D’autant plus déçue qu’en dépit de son soutien à un plan visant à réduire la surcapacité de la flotte dans la région, «les capacités continuent d’augmenter».

Couverture iattc

En vert, la zone couverte par l'IATTC.En vert, la zone couverte par l'IATTC.

Les scientifiques, soutenus par l’Union européenne, recommandaient de fermer la pêche du patudo (thon obèse) et de l’albacore (thon jaune) pendant 87 jours, proposition jugée inacceptable par la majorité des membres de l’IATTC, qui sont restés à la fermeture actuelle de 62 jours.

Ils ont cependant fixé une limite de capture pour le patudo et l’albacore capturés sous DCP (dispositifs de concentration du poisson), et pour l’albacore dans les pêcheries où il est associé aux dauphins. Mais que pour 2017, sans gestion à long terme. Cette solution «moins que satisfaisante risque d’encourager la pêche olympique (course à la capture), et est difficile à mettre en œuvre et à contrôler», prévient la Commission.

Et pas de plafond pour les autres pêches «malgré une forte augmentation des captures»… L’Union européenne appelle les membres de l’IATTC à adopter des mesures plus robustes, de gestion et protection «de tous les stocks et de toutes les pêcheries» ; à «finaliser le plan de gestion des surcapacités» ; et à «limiter le nombre de DCP utilisés dans la région». Prochaine opportunité : la réunion annuelle de juillet 2017.

Membres de l’IATTC : Belize, Canada, Chine, Colombie, Corée, Costa Rica, Équateur, États-Unis, France, Guatemala, Japon, Kiribati, Mexique, Nicaragua, Panama, Pérou, Salvador, Taipei chinois, Union européenne, Vanuatu et Venezuela. L’Espagne est le seul État membre de l’UE qui pêche dans la zone.

© Le Marin (abonnés) - http://www.lemarin.fr/secteurs-activites/peche/27808-pacifique-est-les-etats-cotiers-echouent-gerer-le-thon-tropical?_=1487760104253

Ajouter un commentaire