La loutre : un prédateur qui nous veut du bien

Championnes des animaux «mignons», en tête avec les chatons et les pandas, les loutres font pourtant partie des espèces menacées par l’activité humaine. Surveillée de près, la population des loutres de mer est pourtant plus que jamais essentielle à la préservation de nos écosystèmes aquatiques. Mais plus encore, la loutre pourrait jouer un rôle vital dans la lutte contre le réchauffement climatique.

01 loutre climat

© Pacific Southwest Region USFWS

Sous sa frimousse à faire fondre les plus durs d’entre nous, la loutre de mer est, qu’on se le dise, un prédateur dont les fonds marins sont le terrain de chasse favori.

Sauvée d’une extinction annoncée par les décennies passées, il a été prouvé que la préservation de l’espèce contribuait directement à l’écosystème et à l’équilibre de la flore marine. En cause, leur rôle dans la prédation des oursins, et dans la survie et le développement d’un type d’algues bien précis.

03 loutre climat

© canopic / Flickr

Parue en 2012, une étude réalisée par deux chercheurs de l’Université de Californie à Santa Cruz, a montré l’importance du rôle joué par les loutres de mer dans l’endiguement du réchauffement climatique. Déjà connues pour leur rôle dans la conservation d’un environnement marin riche et divers, les loutres participent en effet à la propagation et à la protection de macro-algues brunes qui tapissent les océans.

La découverte principale des deux scientifiques repose en ce constat : dans un mode peuplé de loutres, les émissions de gaz CO2 présentes dans l’atmosphère sont diminuées de 10%. Un chiffre non sans importance lorsque l’on sait que les taux de CO2 dans l’atmosphère ont augmenté de 40% depuis le début de l’Ère Industrielle. Les loutres pourraient donc, si on en croit la théorie, résoudre une grande part de cette crise écologique.

Oursins vs. Algues : la loutre à la rescousse

Mais tout ceci ne saurait être le simple fait de nos amies les loutres. Plus directement engagées dans la lutte contre le réchauffement climatique, sont les algues marines pré-citées. La loutre, quant à elle, ne permet leur protection et leur propagation que par ses instincts de prédateur. En effet, la loutre de mer se nourrit des oursins, principales menaces pour les macro-algues.

En milieu naturel, les oursins seraient responsables de la destruction de près de 10 mètres de forêt d’algues chaque mois. En ce sens, les loutres empêchent la propagation des oursins, au profit de cette forêt sous-marine aux multiples bénéfices.

Davantage de loutres, signifie moins d’oursins, donc davantage d’algues marines. Or, ces algues marines recèlent de nombreuses richesses, tant sur le plan animal qu’environnemental. Par exemple, elles servent d’abri, ou d’habitat à de nombreuses espèces.

Certains poissons les utilisent pour pondre leurs œufs, d’autres mammifères marins s’y protègent en cas de tempêtes, les oiseaux, enfin, peuvent y trouver de la nourriture. D’une façon plus générale, ces algues procurent à nos rivages une protection naturelle contre les vagues et l’érosion de nos côtes.

02 loutre climat

Enfin, ces macro-algues ont un rôle très important dans la régulation des taux de CO2 dans l’atmosphère. Grâce à la photosynthèse, celles-ci contribuent directement à réduire les quantités de dioxyde de carbone présent dans l’atmosphère.

Lorsqu’elles ne sont pas sous la menace des oursins, ces algues parviennent à capturer 12 fois plus de CO2. Les protéger des piquants du fruit de mer devient donc vital. Une tâche dont s’acquittent extrêmement bien, et gratuitement, ces mammifères marins moustachus.

Loutre sur les galets

© Mr Mondialisation - Sources : MercuryNews.com / Esa.org / Urchinsandkelpforests.blogspot.fr - https://mrmondialisation.org/les-loutres-ne-sont-pas-justes-mignonnes-elles-luttent-contre-le-changement-climatique/

Ajouter un commentaire