Australie : le charbon vainqueur de la Grande Barrière de corail

La Cour fédérale d'Australie vient de rejeter un recours d'une organisation de défense de l'Environnement contre le projet Carmichael controversé d’exploitation d’une mine géante de charbon dans l'État du Queensland, du groupe indien Adani.

Barriere australie

Malgré les menaces multiples, la Grande Barrière de corail n’est toujours pas classée sur la liste des sites en péril de l‘Unesco. (Photo : DR)

Le gouvernement australien avait donné son feu vert en octobre 2015 au projet, mais la Fondation australienne pour la conservation (Fac) avait déposé en novembre un recours. «Malheureusement, la Cour fédérale a répondu non», a déclaré Sean Ryan, représentant la Fac devant le tribunal.

Le projet, d’une valeur estimée à 16,5 milliards de dollars australiens (11,1 milliards d'euros) est très controversé en raison de ses impacts négatifs sur le climat et plus particulièrement sur la Grande Barrière de corail inscrite au patrimoine de l'humanité depuis 1981. Le site de 345 000 km2 a failli être placé par l'Unesco sur sa liste des sites en péril, et Canberra œuvre à un plan de préservation sur 35 ans.

«Non seulement le charbon produit contribuera au réchauffement climatique mondial, mais en outre la matière première devra transiter par un port proche du plus grand récif corallien au monde classé au patrimoine mondial», s’insurgent les écologistes.

La mine qui devrait, sauf autre recours, entrer en activité en 2017, doit produire chaque année 60 millions de tonnes de charbon thermique. Le projet prévoit aussi la construction de 189 km de chemin de fer pour acheminer la matière première. Adani va parallèlement procéder à l'extension d'un port de charbon à Abbot Point afin de l'exporter.

© Le Marin - http://www.lemarin.fr/secteurs-activites/environnement/26207-grande-barriere-de-corail-le-charbon-plutot-que-le-corail

Ajouter un commentaire