L’espadon au menu de la Commission internationale pour la conservation des thonidés de l’Atlantique (Iccat)

Après les années tendues autour des négociations de quotas de pêche du thon rouge, cette année devrait être celle de l’espadon. Plusieurs ONG environnementalistes sonnent l’alarme.

Dr 6 wwf swordfish rene heuzey

«L’état actuel des stocks d’espadon et leur épuisement rapide sont extrêmement préoccupants», selon le WWF. (Photo : WWF)

La vingtième réunion extraordinaire de la Commission internationale pour la conservation des thonidés de l’Atlantique (Iccat) se tient à Vilamoura, au Portugal, jusqu’au 21 novembre.

Après les années tendues autour des négociations de quotas de pêche du thon rouge, cette année devrait être un moment de pause pour les pêcheurs français, «même si on ne sait jamais» se méfie un participant hexagonal. En 2015, le plan de reconstitution du thon rouge a été stabilisé pour trois ans, avec une hausse progressive des quotas de 20 % par an (1).

Une nouvelle évaluation scientifique du stock est prévue l’an prochain. Parmi les thèmes en discussion, les DCP pour les thons tropicaux et la préservation des requins, dont le requin peau bleue, dont il avait déjà été question l’an dernier.

Point de vue partagé

Mais cette édition devrait être celle de l’espadon. Plusieurs ONG environnementalistes sonnent l’alarme. «L’avenir de l’espadon méditerranéen est en péril, estime Giuseppe Di Carlo, directeur de l’Initiative marine méditerranéenne du WWF. L’état actuel des stocks d’espadon et leur épuisement rapide sont extrêmement préoccupants.» Oceana, elle, demande l’adoption «d’un plan de crise», estimant que le stock est surpêché à 70 %.

Un point de vue partagé par les scientifiques de l’Iccat. L’été dernier, un rapport d’évaluation confirmait que «le stock [était] surexploité et victime de surpêche», avec une «incertitude considérable» pour le futur recrutement. Le 11 novembre, ils ont préconisé la mise en place de quotas, avec un maximum de 13 700 tonnes, dont 6 718 tonnes pour l’Europe. Les pêcheurs italiens représentent 45 % des prises globales, l’Espagne, 13 % et la Grèce, 10 %.

(1)En 2016, le quota pour l’Europe était de 11 203 tonnes, sur un total global de 19 296 tonnes. Il sera de 13 451 tonnes en 2017, sur un total de 23 155 tonnes, proche du maximum conseillé par les scientifiques de l’Iccat.

Hélène SCHEFFER - © Le Marin (abonnés) - http://www.lemarin.fr/secteurs-activites/peche/26880-lespadon-au-menu-de-liccat?_=1479650246774

Ajouter un commentaire