Après les États-Unis, le Canada autorise le saumon transgénique

Les autorités sanitaires canadiennes autorisent le saumon génétiquement modifié à la consommation, révèle l’AFP. C’est le deuxième feu vert, après celui des États-Unis à l’automne (http://www.loceanalabouche.com/pages/newsletters/news-2015/novembre-2015/20-novembre-2015/un-saumon-transgenique-au-menu-des-americains.html). Annoncé le jeudi 19 mai, il a été aussitôt critiqué.

Aquadvantage

Le saumon Aquadvantage grossit environ deux fois plus vite qu’un saumon de l’Atlantique naturel, grâce à un gêne qui lui a été greffé, issu du saumon du Pacifique. (Photo : AquaBounty)

Le saumon de la société américaine AquaBounty contient un gène d’hormone de croissance qui lui permet d’atteindre sa taille adulte au bout de 16 à 18 mois, au lieu de 30 mois pour un saumon de l’Atlantique, dont il est issu. Le gène de l’hormone de croissance du saumon quinnat du Pacifique (chinook) lui a été greffé.

Le ministère de la Santé et l’Agence canadienne des aliments (Acia) estiment ce saumon « aussi sain et nutritif pour les humains et le bétail que le saumon classique ». Sous la marque Aquadvantage, il pourra être vendu sans être étiqueté comme OGM car, selon le gouvernement, l’évaluation « n’a révélé aucune source de préoccupation en matière de santé et de sécurité ».

Consternation

Les organisations Vigilance OGM et Ecology Action Centre expriment leur « consternation ». Ce feu vert au «premier animal génétiquement modifié destiné à la consommation humaine dans le monde» est «déplorable» et a été donné «sans aucune consultation et sans études indépendantes», s’insurge Thibault Rehn de Vigilance OGM. Un sondage Ipsos a montré que 45 % des Canadiens ne souhaitent pas manger de saumon transgénique et que 88 % veulent l’étiquetage obligatoire des OGM... Leur avis compte peu.

«La production de saumon génétiquement modifié menace l’avenir du saumon sauvage de l’Atlantique», alerte aussi Mark Butler du Ecology Action Centre. Les autorités sanitaires américaines soutiennent que les saumons transgéniques sont stériles et ne peuvent donc pas se reproduire, même si certains s’échappaient dans la nature. Elles ont aussi exigé que ce saumon soit élevé à terre, dans des piscicultures fermées, dont une est au Canada. AquaBounty avait déjà obtenu en 2013 du Canada l’autorisation de produire des œufs de saumons stériles génétiquement modifiés destinés à la vente.

© Le Marin

Ajouter un commentaire