La langouste, elle, n'a pas de frontières

Parfois sédentaire, parfois capable de parcourir de grandes distances. Les premiers résultats de la campagne de marquage éclairent sur le comportement de la langouste rouge. Tout laisse penser que le stock se reconstitue.

3 800 langoustes ont ete marquees lors de la campagne lancee 2924722 369x330p

3.800 langoustes ont été marquées lors de la campagne lancée l'année dernière - © Le Télégramme

Marquée dans l'ouest de l'île d'Ouessant en juillet 2015, la langouste rouge pêchée en mars dernier aux Glénan n'est qu'un des exemples des déplacements de l'espèce. L'une des informations retirées de la première campagne de marquage lancée l'an passé par le comité départemental des pêches du Finistère, en lien avec l'Ifremer. Cofinancé par France filière pêche, la Région et le Département, le programme de marquage apporte son premier lot d'informations. Des informations recueillies grâce à la pêche de quelques-unes des 3.800 langoustes marquées par la petite cinquantaine de bateaux mobilisés de Cherbourg à Saint-Jean-de-Luz.

Forte de 5 % de re-captures signalées, l'étude permet de constater de grands déplacements. «De Belle-Île à Cap Breton», évoque comme autre exemple Erwan Quéméneur, en charge du programme au comité départemental des pêches. D'autres langoustes font pourtant preuve de sédentarité. «On n'arrive pas à définir un schéma de déplacement», constate le chargé de mission.

20 tonnes l'an passé

Des résultats encourageants et intéressants pour la pêcherie, au regard de l'évolution de la ressource. «De 2 m de profondeur à la limite du plateau continental, tout le monde constate la présence de juvéniles», poursuit Erwan Quéméneur. Les quatre plus gros producteurs enregistrent d'ailleurs, cette année, une légère hausse des prises. Près de 20 tonnes de langoustes ont été pêchées l'an passé.

Reste à convaincre pêcheurs et plaisanciers de la nécessité de transmettre les informations en cas de capture d'une langouste marquée. Les bateaux volontaires pourront également faire de l'auto-échantillonnage parallèlement à la poursuite des opérations de marquage.

Le comité départemental compte, enfin, sur la collaboration des plongeurs, apnéistes pour leurs prises et en bouteille pour leurs observations sur les habitudes et l'habitat de cette espèce méconnue de la recherche scientifique.

Un programme européen ?

Au regard des déplacements constatés et pour aller plus loin dans son programme, le comité départemental des pêches vient d'ailleurs de solliciter un financement pour un programme européen qui associerait l'Irlande, la Grande-Bretagne, l'Espagne et le Portugal à la France. L'Australie également : les pêcheurs de la mer d'Iroise, première zone de captures des façades Manche Ouest et Atlantique entendent s'appuyer sur la longue expérience des pêcheurs de Tasmanie. Les mesures de gestion mises en place depuis 150 ans - pêche au casier et licences - se traduisent par une abondance de la ressource disparue dans les années 50, le long de nos côtes.

En cas de pêche de langouste marquée, prévenir le comité des pêches, via son site internet ou le numéro de téléphone figurant sur la marque, en fournissant numéro de la marque, taille, date et lieu de pêche.

© Le Télégramme - http://www.letelegramme.fr/finistere/quimper/langouste-elle-n-a-pas-de-frontieres-02-06-2016-11091694.php#closePopUp#AiRUffslPoL0yI5m.99 

Ajouter un commentaire