150 000 manchots ont péri à cause d’un iceberg géant

Plus de 150 000 manchots d'Adélie vivant sur le cap Denison, en baie du Commonwealth, dans l’est de l’Antarctique, disparaissent suite à la dérive d’un iceberg géant.

ManchotadelieIl ne restait plus, en 2013, que 10 000 manchots sur les 160 000 dénombrés en 2011. (Photo : DR)

L'iceberg B09B, de 100 km2, s'est échoué en baie du Commonwealth en décembre 2010 et a en effet obligé les manchots à allonger de 60 km leur périple pour se rendre sur le lieu où se trouve leur nourriture, entravant du même coup leur processus de reproduction, rapportent des chercheurs du centre de recherche sur le changement climatique de l'université de Nouvelle-Galles du Sud (UNSW) et du New Zealand's West Coast Penguin Trust dans le journal Antarctic Science.

«La population de la colonie de manchots avait été dénombrée en février 2011 à environ 160 000 individus, qui n'étaient plus qu'environ 10 000 en décembre 2013», affirment les chercheurs.

Et cela n’est pas terminé, la population pourrait en effet être «éradiquée dans les 20 années à venir», à moins que l’iceberg ne se disloque, écrivent les chercheurs. «Les manchots qui survivent sont clairement en train de lutter. Pas sûr qu'ils survivent eux-mêmes donc difficile d'imaginer qu'ils soient capables de faire éclore la prochaine génération», précisent-ils.

© Le Marin – L’hebdomadaire de l’économie maritime

Ajouter un commentaire