Le plus grand requin préhistorique aurait-il succombé à trop de concurrence ?

Il y a environ 2,5 millions d'années, le mégalodon vivait ses derniers instants sur notre planète. Le plus grand prédateur de l'ère Cénozoïque n'aurait pas été victime du climat, mais d'une concurrence trop rude.

15025257

Une échelle de tailles de différents requins, dont le grand requin blanc légendé en vert, et mégalodon en rouge (taille moyenne) et en gris (taille maximale). © Matt Martyniuk CC/Rex/REX/SIPA

Un corps de 20 mètres de long, une gueule de 3 m les mâchoires ouvertes et des dents de 18 cm (d'où l'animal tire son nom). Voici seulement quelques mensurations appartenant à Carcharodon megalodon, ou simplement mégalodon, un requin préhistorique qui n'aurait fait qu'une bouchée du grand requin blanc (dernier représentant actuel du genre Carcharodon) aperçu dans Les Dents de la Mer, de Steven Spielberg. L'apex prédateur - aucune autre créature n'était au-dessus de lui dans la chaîne alimentaire - des mers et océans du Cénozoïque (l'ère géologique suivant celle des dinosaures, le Mésozoïque), le mégalodon est apparu il y a environ 28 millions d'années, avant de s'éteindre il y a seulement 2,5 millions d'années.

La cause de son extinction ? L'hypothèse jusque-là largement accepté par les paléontologues était d'ordre climatique. Cependant, une nouvelle étude européenne infirme cette hypothèse. Publiée dans Journal of Biogeography, elle a été menée par une équipe de l'Institut Paléontologique de l'Université de Zurich. Dans l'optique de comprendre comment un tel apex prédateur avait pu s'éteindre sans l'action directe de l'homme, les chercheurs ont analysé la répartition géographique passée des fossiles de mégalodons, et leur nombre au fil des temps géologiques correspondants, à partir d'échantillons recensés dans The Paleobiology Database (une base de données internationale, collectant des données fossiles du monde entier).

Les compétiteurs du mégalodon n'ont pas laissé à ce requin XXL de quoi faire ripaille

N'observant aucun effet direct du changement climatique sur la quantité et la distribution géographique de l'espèce, l'équipe suisse a néanmoins constaté une forte diminution du nombre de fossiles provenant de la fin du Miocène (il y a 7 millions d'années approximativement).

En corrélation, elle s'est aperçue d'une forte augmentation de cachalots, orques et requins blancs préhistoriques, mais aussi d'un nombre assez bas de baleines à fanons, les proies principales de mégalodon. Autrement dit, ce n'est pas l'arrivée progressive d'une période glaciaire qui a mené le mégalodon vers l'extinction, mais un manque de proies et un surplus d'espèces prédatrices concurrentes. Bref, ce seraient bien à des changements écologiques, et non climatiques, auxquels on pourrait imputer la disparition du plus grand requin ayant jamais existé.

Gouty Félix - © Sciences et Avenir - http://www.sciencesetavenir.fr/archeo-paleo/paleontologie/20160404.OBS7808/le-plus-grand-requin-prehistorique-aurait-il-succombe-a-trop-de-concurrence.html

Ajouter un commentaire