La Polynésie française va-t-elle créer la plus vaste réserve marine du monde aux Australes ?

Les cinq îles habitées de l’archipel des Australes en Polynésie française – Rimatara, Rurutu, Tubuai, Raivavae et Rapa – se sont unies pour proposer au gouvernement de la Polynésie française la création dans leurs eaux d’une grande réserve marine hautement protégée. Si elle est approuvée, cette réserve pourrait être la plus vaste au monde avec une superficie potentielle d’un million de kilomètres carrés.

Danylo tematahotoa 16x9

© 2016 The Pew Charitable Trusts

Ce sanctuaire marin serait appelé Rāhui Nui Nō Tuha’a Pae, ou «grand rāhui des îles Australes», une référence à la pratique traditionnelle en Polynésie qui consiste à restreindre l’accès à une zone ou à une ressource dans le but de la préserver. La création de ce sanctuaire favoriserait la promotion de la culture et du patrimoine unique des îles Australes bien au-delà des limites de l’archipel et des frontières de la Polynésie française.

Proposed zoning for rahui nui no tuhaa pae fr

Cette fiche d’information présente un résumé de la proposition formelle remise au gouvernement de la Polynésie française par les communes des îles Australes, avec le soutien de la Fédération des associations de protection de l’environnement en Polynésie (FAPE) et de The Pew Charitable Trusts. Les recommandations présentées sont le fruit d’une série de consultations menées dans toutes les îles et auxquelles ont participé un grand nombre de citoyens sur les 6 800 habitants que comptent les Australes. Elles ont pour but d’aider le gouvernement – qui a juridiction sur la gestion et la protection de la zone économique exclusive (ZEE) du territoire concerné – à développer un plan concret et efficace de protection des eaux de l’archipel.

Les îles Australes, l’archipel situé le plus au sud de la Polynésie française, abritent des écosystèmes exceptionnels. Du fait de leur isolement et de leurs caractéristiques climatiques et géologiques uniques, ces eaux sont peuplées d’un grand nombre d’espèces qu’on ne retrouve nulle part ailleurs sur Terre. L’île de Rapa abrite à elle seule 112 espèces de corail, 150 espèces d’algues et 383 espèces de poissons côtiers. Les recherches ont montré que 455 espèces de mollusques vivent dans les eaux de l’archipel des Australes, dont 20 % y sont endémiques. Ces eaux hébergent aussi plus de 60 espèces de poissons pélagiques, 3 espèces de tortues marines, 10 espèces de mammifères marins, 14 espèces de requins et 4 espèces de raies. On y trouve la plus importante diversité d’oiseaux marins de toute la Polynésie française et les eaux transparentes de Rurutu sont un des meilleurs lieux d’observation des baleines à bosse de la planète.

La pêche lagonaire et côtière détient une place prépondérante dans l’économie locale des Australes, avec plus de 1 500 pêcheurs recensés. Les ressources récifales et côtières sont exploitées de manière artisanale, pour couvrir en priorité les besoins alimentaires locaux. Il n’y a pas de thoniers ou de bonitiers basés aux Australes. La pêcherie palangrière reste peu développée, principalement du fait des conditions météorologiques parfois difficiles et de l’éloignement de Tahiti. Depuis 2004, l’activité totale des palangriers polynésiens actifs dans les eaux des Australes (au sud du 22° parallèle) représente environ 90 tonnes annuelles, soit 1,7 % de l’effort de pêche en Polynésie française.

Les îles Australes possèdent un patrimoine culturel remarquable, avec en particulier le rāhui, un élément essentiel de la culture polynésienne encore pratiqué de nos jours sur l’île de Rapa. Raivavae est l’une des seules îles du Pacifique où l’on continue de bâtir des pirogues traditionnelles en manguier dont les pièces sont cousues à l’aide de fibres de coco tressées. Les légendes locales racontent que l’archipel a la forme d’une pieuvre, dont la tête serait Tubuai et les tentacules rejoindraient les autres îles.

© The Pew Charitable Trusts

Ajouter un commentaire