L'Europe durcit les règles sur les produits dérivés du phoque

"Et si moins de phoques étaient chassés pour leur fourrure ?"  Voici la question à laquelle devaient répondre les députés européens. Réunis en session plénière, ceux-ci ont approuvé le mardi 8 septembre un durcissement des règles concernant le commerce de produits dérivés du phoque.

20150907pht91868 original

En 2009, l'Union européenne avait déjà interdit le commerce de produits dérivés du phoque, comme par exemple les manteaux, les sacs ou la viande, pour des raisons liées au bien-être de l'animal. Deux exceptions étaient prévues : la première concernait les produits issus de la chasse pratiquée par les populations autochtones, la seconde pour les chasses à petite échelle qui visent à assurer une « gestion durable des ressources marines ».

Les traditions inuites préservées

Cette interdiction était depuis contestée par le Canada et la Norvège au sein de l'Organisation mondiale du commerce (OMC). En juin 2014, une décision de l'OMC soulignait avoir « besoin de plus de clarifications concernant ces deux exceptions ».

La Commission européenne a donc proposé en février un amendement aux règles actuelles. Suite à ce vote du parlement européen, celles-ci étendent désormais l'interdiction aux produits issus de la chasse pour protéger les stocks de pêche. La communauté inuite et d'autres communautés autochtones pourront néanmoins continuer à vendre ces produits.

Pour pouvoir entrer en vigueur, les nouvelles règles doivent également être formellement approuvées par le Conseil de l'Union européenne. Les ministres des États membres devraient se pencher sur la question à partir du 18 octobre.

© Le Marin - l’hebdomadaire de l’économie maritime

Ajouter un commentaire