Éolien en mer : le coup de frein du gouvernement ?

Le développement de l’éolien offshore en France va-t-il devoir faire face à un énième nouveau retard ? Le calendrier dévoilé par Ségolène Royal, la ministre de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie, lors de la présentation, le 13 novembre, des premières orientations de la programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE) le laisse craindre.

Parc eolien offshore danemark

Alors que tout le monde s’attendait à un lancement du troisième appel d’offres pour la réalisation de nouveaux parcs éoliens en mer au large des côtes françaises au plus tard au début 2016, la ministre a annoncé son ouverture au troisième trimestre… 2017. Un décalage dans le temps qui n’a pas manqué de faire réagir. « Ce calendrier nécessiterait d’être revu », a indiqué le Syndicat des énergies renouvelables (Ser).

D’autant plus que le ministère se garde bien de préciser si à cette date les discussions autour du cahier des charges de l’appel d’offres seront terminées avec les industriels. « Si on est sur un cahier des charges définitif, on aura quelques mois de retard. Sinon, ce n’est pas du tout ce que l’on nous avait promis », souligne Vincent Balès. Le directeur de WPD offshore France entend, par ailleurs, tirer un « signal d’alarme » par rapport aux premiers chiffres qui circulent dans le cadre de la PPE.

Lfa vincent bales 1

Vincent Balès, le directeur de WPD offshore France, s’inquiète des premiers chiffres qui circulent concernant la part de l’éolien en mer posé dans la

Dans ce document, dont la sortie est prévue en 2016, et qui va fixer les objectifs quantitatifs pour la France de toutes les filières d’énergies renouvelables à l’échéance 2023 seraient programmés seulement 500 mégawatts (MW) à 3 gigawatts (GW) d’éoliennes en mer supplémentaires. « Comme il faut sept ans pour passer de l’appel d’offres à la mise en service, cela veut dire qu’en 2030 on aura au mieux 6 GW », déplore Vincent Balès. Un objectif qui était celui de la France pour… 2020.

© Le Marin – L’hebdomadaire de l’économie maritime

programmation pluriannuelle de l’énergie. (Photo : Loïc Fabrègues)

 

Ajouter un commentaire