10 juin 2015

Surpêche : les poissons coulent

Charente-Maritime : des milliers de poissons mystérieusement échoués sur la plage

Tout la cote de la reserve est concernee soit 4 5 km de 2800922 800x400

Toute la côte de la réserve est concernée, soit 4,5 km de long. Et certainement au-delà. © Pierre Rousseau / LPO

Vendredi 5 juin, des milliers de poissons ont été retrouvés morts, échoués sur la plage de la réserve naturelle Moëze-Oléron à Saint-Froult, près de Rochefort. Ce sont des gestionnaires de la réserve qui ont découvert l'hécatombe.

Une enquête a été ouverte auprès de la gendarmerie et de la Direction départementale des territoires et de la mer.

"Il y a un poisson tous les 10 mètres. Ça peut aussi aller jusqu'à 10, voire 15 poissons tous les 10 mètres", constate Pierre Rousseau, garde-technicien à la réserve, qui note que toute la côte de la réserve, soit 4,5 km, est concernée. Et certainement au-delà.

On ignore encore les raisons de cette surmortalite 2800915

© Photo Pierre Rousseau / LPO

Ce dernier a remarqué que les poissons échoués étaient des mulets à une écrasante majorité. "Peut-être 90%, estime-t-il. On a quelques congres et des anguilles aussi".

On ignore encore les raisons de cette surmortalité spontanée.

Une enquête a été ouverte auprès de la gendarmerie et de la Direction départementale des territoires et de la mer (DDTM) pour déterminer les causes de cette surmortalité spontanée. Quelques spécimens seront analysés pour déterminer si une cause biologique, comme une bactérie, est à l'origine de l'hécatombe.

Julien Bonnet - © SudOuest.fr

Sea Shepherd vole au secours des goélands de Lorient (56)

280xnxnews 150607 fr 01 280w jpg pagespeed ic txccobr c

Opération Gwelan Rescue 2015

Communiqué de presse Sea Shepherd France

Opération Gwelan Rescue 2015. Pour la seconde fois, Sea Shepherd s'associe au Centre de Sauvegarde de la Faune Sauvage "Volée de Piafs" en mobilisant une équipe de volontaires pour venir en aide aux poussins goélands et aux adultes blessés durant leur période de nidification de juin à septembre.

Les villes représentent une source inépuisable de nourriture pour ces oiseaux marins qui peinent de plus en plus à trouver leur nourriture en mer.Les adultes choisissent donc le plus souvent de nicher dans des bâtiments tels que les ports de pêche et de commerce de Lorient. Des centaines de petits naissent ainsi dans des lieux bétonnés, hostiles et dangereux et une grande partie d'entre eux n'atteint jamais l'âge adulte.

280xnxnews 150607 fr 03 280w jpg pagespeed ic u3fynghcg0

Poussin secouru lors de l'Opération Gwelan Rescue précédente, trouvé au sol, lors d'une patrouille sur Lorient

Le goéland, un oiseau injustement considéré

Victimes d'une injuste réputation de "nuisibles", les goélands sont particulièrement malmenés et exposés à de nombreux dangers durant la période estivale. Mal connus du grand public, ils sont souvent considé­rés comme les "rats du ciel", accusés de nuisances sonores ou de dégradations du fait de leurs fientes.

Pourtant les goélands peuvent être un allié en matière de propreté urbaine. Ils sont en effet des nettoyeurs qui se nourrissent d'ordures ménagères, de rats et d'insectes dont ils contribuent à débarrasser le milieu urbain.

Mais ils sont loin d'être adaptés aux villes, ces der­nières sont extrêmement hostiles et dangereuses pour ces animaux nidifuges dont la population est en forte décroissance sur nos côtes. (Population nicheuse 53050-55875 couples, en déclin (évaluation directive oiseau 2013). Source : http://inpn.mnhn.fr/espece/cd_%20nom/3302/tab/statut

Des goélands perdus dans la jungle urbaine

Deux ou trois jours seulement après leur naissance, les petits commencent à s'aventurer autour du nid. Leurs escapades amènent souvent les nouveau-nés à tomber au sol. Et bien que la plupart atterrissent sans encombre, commence pour eux un véritable parcours du combattant duquel peu en réchappent vivants. Si le milieu naturel n'est pas exempt de dangers pour les poussins, le milieu urbain auquel ils sont inadaptés, ne leur laisse que très peu de chance de survie.

Affolés, mal-aimés, exposés à la circulation automobile et représentant des proies faciles pour nos animaux domestiques mais aussi pour les instincts sadiques de certains humains qui voient en eux des nuisibles dont il faut se débarrasser, les cadavres de bébés goélands se retrouvent en nombre sur les trottoirs. Sur le papier, l'espèce est pourtant protégée par la Convention de protection des oiseaux migrateurs.

280xnxnews 150607 fr 02 280w jpg pagespeed ic fvg dtsseg

Donner une chance aux goélands

Le Centre de Soins Volée de Piafs travaille depuis de nombreuses années à secourir les goélands en difficulté. L'ampleur de la tâche est telle que la nécessité d'une aide extérieure s'est faite sentir. Sea Shepherd mobilise donc pour la seconde fois, son réseau de volontaires pour assister Volée de Piafs dans sa mission.

Du béton à la mer

Opération Gwelan Rescue 2015De juin à septembre, les membres de Sea Shepherd patrouilleront dans les rues de Lorient afin de récupé­rer les poussins, juvéniles et adultes en détresse et/ou blessés et les soustraire ainsi aux maltraitances dont sont souvent victimes ces oiseaux dès qu'ils se retrouvent dans une position vulnérable.

Ils seront ensuite conduits au Centre Volée de Piafs où Sea Shepherd a aidé à la fabrication de deux nou­velles volières en 2013. Les animaux secourus y seront nourris et soignés pendant une période allant de deux mois à un an selon les cas. Lorsqu'ils seront prêts, les oiseaux seront relâchés dans leur milieu naturel loin des dangers urbains, comme ce fut le cas des 307 poussins recueillis pendant l'Opération Gwelan Res­cue 2013.

Pour plus d'informations et/ou pour rejoindre l'équipe de volontaires :

SEA SHEPHERD France - contact@seashepherd.fr

SEA SHEPHERD LORIENT - gl.lorient@seashepherd.fr

Comment réussir une bonne pêche

Ajouter un commentaire