Océan Indien : alerte sur l’albacore

Le thon albacore (Thunnus albacares) pourrait bientôt faire l’objet de mesures de conservation et de gestion dans l’océan Indien. C’est en tout cas la recommandation du comité scientifique de la Commission des thons de l’océan Indien (CTOI), qui tenait sa 18e session à Bali.

Lf albacore

La recommandation du comité scientifique sera examinée lors de la prochaine plénière de la CTOI, en mai 2016 à La Réunion. (Photo : Lionel Flageul)

Selon cette instance, il faut réduire de 20 % les captures de thons albacore pour parvenir à régénérer les stocks d’ici à 2024.

La recommandation du comité scientifique, qui sera examinée lors de la prochaine plénière de la CTOI, en mai 2016 à La Réunion, reprend l’avis du groupe de travail sur les thons tropicaux, qui s’est réuni, lui, fin octobre à Montpellier : l’albacore doit être considéré comme surexploité et sujet à la surpêche. Et ce, en raison « des importantes et non soutenables captures au cours des trois dernières années ».

De 329 184 tonnes en 2011, elles sont effet en nette augmentation depuis avec 400 322 tonnes en 2012, 407 633 tonnes en 2013 et 430 327 tonnes en 2014.

Selon le comité scientifique de la CTOI, la production maximale équilibrée serait de 421 000 tonnes. Entre 2006 et 2014, 357 000 tonnes ont été pêchées en moyenne chaque année. Un volume qu'approcheraient les captures futures si la baisse préconisée de 20 % était retenue.

Alors que la dernière évaluation du stock datait de 2012, les experts de la CTOI expliquent également le pessimisme de 2015 par une modification des hypothèses sur les processus de recrutement de l’espèce. Selon les scientifiques, le maintien du niveau actuel des captures d’albacore conduirait à une aggravation à court terme de l’état du stock.

© Le Marin – L’hebdomadaire de l’économie maritime

Ajouter un commentaire