Le poisson qui marche au fond de l’eau

Des scientifiques viennent de découvrir, en Australie, l’un des poissons les plus rares au monde : il s’agit d’un poisson rouge, doté de doigts au bout de ses nageoires qui lui permettent de se déplacer en marchant.

Image 1024 1024 3736214

© DR/IMAS

Il a été découvert dans les profondeurs de l’île Apple, en Tasmanie, un état insulaire appartenant à l’Australie. Des plongeurs de l’Institute of Marine and Antarctic Studies (IMAS) ont lancé une mission de recherche à l’aide de coordonnées GPS communiquées par des plongeurs amateurs qui avaient remarqué la présence de ce drôle de poisson : Thymichthys politus.

Durant deux jours, les scientifiques ont fouillé les fonds marins à la recherche de ce fameux poisson rouge capable de marcher, dont on leur avait tant parlé. «Nous étions à deux doigts d’abandonner les recherches quand en soulevant des algues, j’ai aperçu la queue rouge d’un de ces fameux poissons», raconte l’un des chercheurs, Rick Stuart-Smith, cité par le quotidien britannique The Guardian.

Les scientifiques pensent que 20 à 40 poissons vivent à l’endroit repéré qui n’a pas été divulgué, pour protéger cette espèce de poissons extrêmement rare. Les scientifiques australiens expliquent même qu’ils croyaient l’espèce totalement éteinte puisqu’elle n’avait plus été aperçue depuis les années 1800 !

Ce poisson rouge ne mesure pas plus de 10 cm. Il est doté de doigts au bout de ses nageoires qui lui permettent de se déplacer en marchant. Il ne s’aventure jamais très loin. «Son territoire est équivalent à deux courts de tennis pas plus.»

Les chercheurs estiment qu’il s’agit d’une découverte véritablement «extraordinaire». Rick Stuart-Smith précise qu’elle pourrait mener à un programme de reproduction en captivité de l’espèce. Il suppose même que de plus grands poissons rouges de ce type existent vraisemblablement.

Selon les chercheurs, la Tasmanie est un «spot» mondial pour trois espèces de poissons rares et menacés d’extinction. L’un est ce poisson rouge, et les deux autres sont le poisson tacheté et le poisson de Ziebell.

Bruno ALVAREZ - © Ouest-France - https://www.ouest-france.fr/leditiondusoir/data/17839/reader/reader.html?utm_source=neolane_of-eds_newsletter&utm_medium=email&utm_campaign=lienarticle&utm_content=20180124#!preferred/1/package/17839/pub/25572/page/4

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau