Pêcheurs et ONG collaborent pour limiter la mortalité aviaire

Selon l’ONG BirdLife Europe, la pêche serait responsable de la mort de 200 000 oiseaux marins chaque année en Europe. En cause, les filets de pêche, qui piègeraient les volatiles attirés par les poissons, et les hameçons des palangres, cachés dans les appâts.

2017 10 05 17h18 33 2

Chaque année, la pêche européenne serait responsable de la capture de 200 000 oiseaux marins. © CNRS

Pendant trois ans, le groupe de travail Seabird task force (STF) a évalué l’impact de la pêche sur les oiseaux marins, en collaboration avec des pêcheurs lituaniens et espagnols. Le but : comprendre comment les oiseaux de mers sont piégés et proposer des solutions pour limiter ces captures accidentelles.

Les conclusions de leur travail viennent d’être dévoilées par BirdLife Europe, alors que se tiendra les 9 et 10 octobre une réunion de la commission pêche du Parlement européen. L’objectif de l’ONG est de mettre la pression sur les députés pour faire adopter des mesures techniques, afin de diminuer l’impact de la pêche sur les oiseaux, mais aussi sur les mammifères marins et les tortues.

Spots lumineux sur les filets

En 2016, la Commission européenne avait déjà présenté une réglementation proposant des solutions pour protéger les oiseaux marins. Cependant, déplore BirdLife Europe, «la mise en œuvre de ces solutions et le suivi de leur efficacité sont très lents dans l’UE». Elle regrette également des investissements «minimes» en matière de recherche et développement.

Parmi les préconisations de l’ONG, le signalement des filets à l’aide de spots lumineux, l’alourdissement des palangres pour les faire couler plus vite, ou le travail de nuit.

Dans les Taaf, les pêcheurs à la palangre de légine appliquent certaines de ces mesures depuis 2010 et la mise en place de l’expérimentation «Orcasav» avec le Pôle mer Bretagne. Les résultats sont concluants : plus aucune mortalité aviaire ni de prédation par les orques et cachalots n’ont été constatées depuis la mise en œuvre de ces mesures, assure le Pôle mer Bretagne.

Kévin STORME - © Le Marin (abonnés)

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau