Bar : l’avis scientifique reste très mauvais pour le nord

Tombés comme prévu le mardi 24 octobre, les avis scientifiques du Ciem sur le bar sont proches de ceux de l’an dernier : mauvais pour le stock nord, ce qui laisse présager la poursuite des mesures d’urgence. Et insuffisamment renseignés pour le golfe de Gascogne, pour lequel le doute subsiste.

Bar 1

Bar commun - Dicentrarchus labrax - © Ocean-vivant

Pour le stock nord, le Ciem indique que l’approche de précaution impliquerait de n’autoriser aucune capture (ni commerciale ni récréative) en 2018. La recommandation scientifique pour 2017 reste donc la même pour 2018. La biomasse a atteint un sommet en 2010 et a diminué depuis, en dessous de la biomasse limite.

Le recrutement en juvénile très pauvre dans les années 2010-2012 a été moyen en 2013 et 2014. Les projections des débarquements en 2017 sont estimées à 2 351 tonnes (débarquement commercial et pêche récréative), mais les rejets, donc la capture totale, sont inconnus.

Les mesures d’urgence introduites en 2015 et renforcées depuis ont réduit les possibilités de pêche de toutes les pêcheries concernées sur la zone, professionnelles et amateurs. L’enquête sur la pêche récréative en 2016 par contre ne montre pas de baisse par rapport à 2012, malgré les mesures de gestion, mais cela peut être lié aux méthodes d’enquête.

Pour le golfe de Gascogne (zone VIIIab), l’approche de précaution impliquerait de ne pas pêcher plus de 2 440 tonnes en 2018, soit 2 375 tonnes de débarquement commercial si le taux de rejet est tel qu’en 2016. Leur prise en compte est une nouveauté. La biomasse, fluctuante, est en diminution depuis 2014.

L’état du stock est inconnu et l’avis du Ciem repose comme en 2016 sur l’application de l’approche de précaution. Le Ciem souligne que «les pêcheries récréatives sont susceptibles de contribuer de manière substantielles aux prélèvements dans certaines zones» mais ne peut pas l’évaluer. Les derniers éléments sur la pêche récréative datent d’une enquête réalisée en France en 2010.

Solène LE ROUX - © Le Marin (abonnés)

Commentaires (3)

patrick-lhyver
  • 1. patrick-lhyver (site web) | 16/11/2017
Merci pour cette info, je vais "creuser"
Cordialement
TRAVERT Laurent
  • 2. TRAVERT Laurent (site web) | 14/11/2017
La baie du Mont-Saint-Michel est l'une des plus grandes nurseries de poissons en Europe. Les juvéniles de bar, soles et mulets viennent y grandir et se nourrir, entre-autre des orchestia, petit crustacé qui vit principalement sous les massifs d'aubione. La présence d'azote à l'exutoire des cours d'eau permet au Chiendent Maritime de se protéger contre le sel et ainsi, de s'étendre sur les marais salés et de menacer les zones à aubione. La carte jointe montre la progression du Chiendent sur les herbus entre 1984 et 2013.
Le Chiendent est une espèce plus rude que l'aubione et les juvéniles de poissons ne peuvent s'y réfugier ni y trouver leur nourriture.
Cette invasion du Chiendent peut donc aussi expliquer la diminution du stock de bars que vous constatez.
Et il faudra encore du temps avant que les apports de nutriments, d'azote notamment, venant des cours d'eau de la baie soient suffisamment bas pour éviter l'expansion du Chiendent.
Cordialement.
L. Travert
évolution du Chiendent Maritime sur les marais salés
PERRETTE Guy
  • 3. PERRETTE Guy | 08/11/2017
les pillages sur les frayères de Manche et Mer du Nord ont abouti à une situation tellement dramatique que, malgré les mesures de réduction des prises depuis deux ans, la ressource ne se reconstitue pas. Les frayères de bars d'Atlantique continuent à être pillées lors des périodes où le poisson se rassemble, de décembre à avril... la situation qui se profile est dramatique là aussi. Nos décideurs nationaux ainsi que nos élus du littoral ne raisonnent qu'à court terme... nous avons pourtant en mémoire le cas du thon rouge qui fut quasi-exterminé au début des années 2000; de nombreux emplois furent perdus et les bateaux furent détruits !... Nos responsables porteront une lourde responsabilité car une catastrophe analogue se profile... Je souhaite recevoir toute information sur ce sujet tellement important. Merci
Guy PERRETTE

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau