La France en "leader européen" dans la bioraffinerie des macroalgues

Le projet européen Genialg a été lancé le mardi 24 janvier à la station biologique de Roscoff (CNRS). Il place la France en "leader européen" dans la bioraffinerie des macroalgues, c’est-à-dire l’extraction de composés pour de multiples usages.

Slr saccharina

Genialg mise sur l’algoculture, notamment de la Saccharina. (© Solène Le Roux)

Ce projet Genialg (pour Genetic diversity exploitation for innovative macro-algal biorefinery), lauréat de l’appel européen Horizon 2020 croissance bleue, est doté d’une subvention européenne de 11 millions d’euros sur quatre ans.

Il prolonge le travail mené dans le cadre du projet Idealg, transférant vers les entreprises les connaissances acquises. Il est axé sur la production de biomasse végétale marine cultivée en pleine mer ou en bassins à terre.

Le but : mettre en œuvre les biotechnologies permettant de valoriser 100 % de la biomasse des algues à l’échelle industrielle. Sont surtout visées l’algue brune Saccharina latissima et l’algue verte Ulva sp, à haut rendement.

Coordonné par Philippe Potin, directeur de recherche CNRS, il réunit 19 partenaires publics et privés de six pays européens, dont en France les entreprises Amadeite SAS, Algaia, Lessonia et C-Weed aquaculture. Ainsi que des entreprises et centres de recherche au Royaume-Uni, en Norvège, au Pays-Bas, au Portugal et en Irlande.

© Le Marin (abonnés) - http://www.lemarin.fr/secteurs-activites/environnement/27574-utiliser-les-macroalgues-le-projet-genialg-succede-idealg?_=1485426485832

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau