Dépolluer les fleuves pour des océans plus propres

Qu’on se le dise : avant d’arriver dans les mers, les plastiques voyagent (aussi beaucoup) dans nos cours d’eau. Chaque jour, le bien-nommé «septième continent» [1] continue à prendre de l’ampleur, alimenté par les tonnes de plastique qui se retrouvent systématiquement dans les océans, conséquences de l’activité et de la consommation humaines.

03 bouteille plastique filtre 696x678

Au sein du Laboratoire de Fabrication (ou FabLab) de Toulouse, c’est une drôle de machine qui a vu le jour. Sorte de pédalo dépollueur, la machine inventée par l’équipe du projet Toulouse Clean Up a pour but de dépolluer la Garonne, bien trop chargée en plastiques mortifères. Car, qu’on se le dise, avant d’arriver dans les mers, les plastiques voyagent dans nos cours d’eau. Après un premier test réussi, le Toulouse Clean-up s’apprête à « larguer les amarres » pour quatre mois d’essai supplémentaires.

Empêcher les déchets d’atteindre la mer

Chaque jour, le bien-nommé «septième continent» continue à prendre de l’ampleur, alimenté par les tonnes de plastique qui se retrouvent systématiquement dans les océans, conséquences de l’activité et de la consommation humaines. Afin d’endiguer ce fléau, différentes initiatives commencent à émerger et à prendre, elles aussi, de l’ampleur.

On pourrait ainsi évoquer les réglementations récentes appliquées en France quant à l’interdiction des sacs à usage unique, et celle à venir des gobelets et assiettes plastiques, mais aussi l’association montée par deux fillettes balinaises pour sauver les océans ou encore le souhait de filtrage géant des océans du jeune Boyan Slat. Toutes ces solutions ont pour but de ralentir la colonisation de nos mers par le fameux dérivé du pétrole, adoré de l’industrie et du consommateur, mais dévastateur.

01 bouteille plastique filtre

Avec la même volonté, les jeunes Toulousains intégrés au sein du FabLab Artilect de Toulouse ont quant à eux mis au point une machine qui pourrait bien séduire les différentes villes du monde qui jouissent d’un passage fluvial. Car, en effet, les villes ont leur large part de responsabilité dans cette pollution titanesque, quand bien même elles se sentiraient épargnées par leur relatif éloignement des côtes. 80% de la pollution plastique trouverait son origine dans les villes, puis voguerait vers la mer en empruntant les fleuves.

C’est en partant de ce constat qu’Alexis Askenazi, un jeune designer sensible à la cause environnementale, a eu l’idée du Toulouse Clean-up, une sorte de moulin flottant qui permettrait de débarrasser la Garonne et les autres cours d’eau de leurs maudits déchets.

Un «moulin» pour récupérer les déchets

Aidé par trois jeunes issus de la Mission Locale et de Trajectoire vers l’emploi, le designer a donc pu mettre au point son prototype, qui a subi les premiers tests en janvier dernier. À l’aide de deux flotteurs mis au point à partir de bouteilles en plastique récupérées (210 de chaque côté), le Toulouse Clean-up permet de faire barrage aux détritus, qui sont ensuite simplement redirigés grâce à la mise en mouvement d’un tapis roulant vers un bac prévu à cet effet.

Une fois les déchets ainsi récupérés, il est possible de les envoyer vers la filière de recyclage adaptée, et limiter l’empoisonnement des mers et de leurs habitants.

2017 02 13 16h16 03

Toujours en phase de test, la machine imaginée par la petite équipe dynamique a cependant déjà démontré l’intérêt de la démarche. Après neuf jours d’essai à flotter sur la Garonne en juin dernier, c’est pas moins d’une centaine de bouteilles en plastique et en verre qui a été repêchée, ainsi qu’une quantité non négligeable d’emballages, quelques ballons, et même un vélo pour enfant ! Aujourd’hui, l’équipe de Toulouse Clean-up attend de voir les résultats de la prochaine étape, qui consistera en la mise en situation réelle de ce dépollueur flottant, sur la Garonne, de février à mai prochain.

Enfin, pour ceux qui seraient intéressés par la reproduction libre d’une telle machine, ses plans seront prochainement disponibles en Open Source. Pour, peut-être, voir des barrages d’un nouveau type se multiplier à travers pays. Naturellement, ce type de solution ne doit pas faire perdre de vue l’origine de la problématique : une utilisation massive du plastique dans tous les pans de l’industrie au prétexte de son faible coût. Une problématique qui ne trouvera donc pas de solution concrète sans le courage politique qui s’impose.

02 bouteille plastique filtre

© Mr Mondialisation – sources : Toulousecleanup.tumblr.com / Actu.cotetoulouse.fr -https://mrmondialisation.org/depolluer-les-fleuves-pour-des-oceans-propres-la-bonne-idee-de-jeunes-toulousains/

[1] - Expédition 7ème continent - bande annonce

Peril plastique dans nos oceans

Le film complet en HD - 52mn - http://www.loceanalabouche.com/

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau