Océan Indien : la lutte contre la pêche illégale s’intensifie

Les États de l’océan Indien renforcent la réglementation et la répression contre la pêche illégale. Le CRFIM (Centre régional de fusion d’information maritime) pour la zone Océan indien occidental constate une «prise de conscience» des États concernant l’impact de la pêche illégale, qui se traduit par un nombre élevé de navires de pêche arrêtés et par un effort législatif.

Ca seychelles nl

Dans les eaux des Seychelles (ici), de l’Inde, du Pakistan, d’Oman… les navires arrêtés sont plus nombreux. Et la réglementation plus exigeante. © Céline ASTRUC

Ces deux derniers mois, le Pakistan et l’Inde, dans une zone frontalière contestée en mer d’Arabie, ont réalisé 12 arrestations de navires indiens et pakistanais. Oman a engagé une répression sur son littoral suite à un rapport alarmant pointant la forte hausse de la pêche illégale par des communautés d’expatriés : depuis début octobre plus de 600 pêcheurs étrangers contrevenants ont été arrêtés.

En Afrique du Sud, trois trafiquants d’ormeaux ont été arrêtés en octobre. Le long des côtes somaliennes, deux navires iraniens ont été déroutés.

Enfin dans la ZEE des Seychelles, le patrouilleur français Osiris a verbalisé trois navires en novembre. La pêche y est d’une intensité inhabituelle, malgré l’atteinte des quotas de thon albacore le 7 novembre. En cause essentiellement, « le très rapide développement des flottes thonières chinoises et taiwanaises en ZEE nord et est malgache, analyse le CRFIM. Parallèlement, des flottes de chalutiers chinois opérant habituellement au Pakistan sont en cours d’installation sur la côte occidentale malgache. »

En plus de l’intensification des actions de police des pêches, plusieurs pays de l’océan Indien ont renforcé en novembre leur réglementation pour juguler la pêche illégale. Aux Comores : mise en place d’une carte professionnelle et nouveau code des pêches en rédaction. Au Mozambique : nouvelle législation des pêches introduisant le permis obligatoire. En Inde : introduction accélérée d’enregistrements des données biométriques des pêcheurs et recherche active des navires de la liste noire de la CTOI (Commission des thons de l’océan Indien). En Tanzanie, ce sont les pêcheurs locaux qui réclament une réglementation de la pêche aux holothuries face à la surexploitation.

Solène LE ROUX - © Le Marin - http://www.lemarin.fr/secteurs-activites/peche/30143-ocean-indien-la-lutte-contre-la-peche-illegale-sintensifie

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau