Le rôle des microalgues sous-estimé dans le stockage du carbone

Et si le rôle des diatomées (microalgues à carapace siliceuse) dans le stockage du carbone au fond des océans avait été sous-estimé ? C’est l’hypothèse formulée dans une étude menée par des chercheurs de l’Institut universitaire européen de la mer (CNRS, université de Bretagne occidentale, Institut de recherche pour le développement) parue fin décembre dans la revue Géoscience.

Diatomee

Les diatomées sont des microalgues qui ont la capacité de transformer le CO2 en carbone organique. © Paul Treguer

On savait déjà que les océans, en absorbant une partie du CO2 présent dans l’atmosphère, contribuaient à réguler le climat à l’échelle mondiale sous l’effet de la photosynthèse. En clair, des microalgues de surface transforment le CO2 en carbone organique, qui reste ensuite «séquestré» plus d’un siècle au fond de la mer.

Les scientifiques pensaient également qu’à la mort des diatomées, le carbone organique qu’elles synthétisaient à la surface était dégradé au cours de la chute et qu’il était régénéré sous forme de gaz carbonique avant d’atteindre 1 000 mètres de profondeur.

Vers un déclin des diatomées ?

En analysant des données provenant du paléo océan (océan ancien), les chercheurs de l’Institut universitaire européen de la mer ont constaté que les diatomées pouvaient transformer massivement et épisodiquement du carbone organique jusque dans les couches les plus profondes, pendant des durées largement supérieures à un siècle.

Cependant, rapporte l’étude, toutes les diatomées n’ont pas le même potentiel de transfert. Il varie selon la taille des algues, la forme de leurs cellules et leur degré de silicification.

Actuellement, les diatomées sont présentes dans tout l’océan mondial, mais dominent toutes les espèces de phytoplanctons dans les eaux froides et turbulentes. Le changement climatique pourrait donc voir décliner ces microalgues. Et, par conséquent, la capacité de l’océan mondial à stocker le carbone. Et à réguler le climat.

Kévin STORME - © Le Marin (abonné)

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau