Méditerranée : le réchauffement nuit au plancton et aux poissons

Le changement climatique est l’un des effets les plus puissants sur la diminution de la biomasse en Méditerranée. Voici l’une des conclusions de l’étude qui vient d’être publiée dans la revue Nature*.

Hs especes en med bis reduit

La Méditerranée (dans ses 4 bassins, de l’ouest à la mer Noire) aurait enregistré une chute de 34 % des espèces de poissons commerciaux et non commerciaux. © Hélène Scheffer

Pour dresser une vision la plus globale possible, une équipe de 7 centres scientifiques dans 4 pays (Italie, Espagne, France avec Marbec à Sète, et Canada) a compulsé les données scientifiques disponibles depuis 1950.

Leurs conclusions ne sont pas enthousiasmantes : baisse de 34 % des espèces de poissons commerciaux et non commerciaux. Pour les prédateurs supérieurs, la chute est de 40 %, et de 41 % pour les mammifères marins.

Alors que la Méditerranée est un «hot spot du réchauffement», les chercheurs ont développé un modèle numérique qui analyse l’évolution de la nourriture en mer (la «productivité primaire») et ses effets sur les écosystèmes entre 1950 et 2011. Le tout combiné à la pression de pêche.

Avec un «développement effréné» des pays (urbanisations au sud, pollutions...), les «indicateurs écologiques, tels que la biomasse communautaire, les niveaux trophiques, les indicateurs de capture et de diversité (…) montrent la dégradation globale de l'écosystème au fil du temps» révèle l’étude. Un texte qui, ils l’espèrent, servira aux futures mesures de gestion des pêches.

Hélène Scheffer - © Le Marin - http://www.lemarin.fr/secteurs-activites/environnement/28215-mediterranee-le-rechauffement-nuit-au-plancton-et-au-poisson

*Piroddi C. & al, Historical changes of the Mediterranean Sea ecosystem: modelling the role and impact of primary productivity and fisheries changes over time,-Nature, mars 2017.

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau