Échec des négociations sur le thon rouge du Pacifique

Les négociations internationales entamées le lundi 29 août sur le thon rouge du Pacifique, le stock le plus exploité au monde, se sont achevées le vendredi 2 septembre sur un constat d’échec.

Dr cnpm thon rouge

Le thon rouge, qui s’est spectaculairement redressé côté Atlantique, est «en situation d’urgence» côté Pacifique, alerte Greenpeace. (Photo : CNPMEM)

Les membres* du comité nord de la Commission des pêches du Pacifique occidental et central (WCPFC) ont à nouveau échoué à convenir de mesures de gestion communes pour assurer la durabilité de la pêche du thon rouge, malgré leur intention l’an dernier de définir un plan de sauvegarde. Lors de cette semaine de réunion à Fukuoka, le Japon, pays hôte et surtout premier consommateur de thon rouge, n’a pas fait beaucoup de concessions. Sa ligne : réduire les prises si les réserves diminuent pendant trois années d’affilée. Les États-Unis voulaient visiblement des mesures plus drastiques pour protéger l’espèce.

Pourtant, cette réunion qui a associé aussi la Commission interaméricaine du thon tropical (CITT) avait donné beaucoup d’espoir autour du passage du poids minimal de capture de 30 à 85 kg, de l’introduction de quotas de captures et de la définition de procédure d’urgence en cas de dépassement de valeurs limites, le tout avec des mesures de documentation des captures et de contrôle, sans lesquelles les règles ne valent rien.

«Extrêmement regrettable»

Cet échec est «extrêmement regrettable», fustige Greenpeace, qui souhaitait un moratoire de deux ans sur la pêche commerciale. Pour l’association écologiste, la population de thon rouge est «fortement décimée» et «ne peut pas se permettre une autre année d’inaction». Sur le même ton, le WWF, lassé de «l’inaction répétée des organismes responsables du stock de thon rouge du Pacifique», appelle à «une suspension totale de la pêche commerciale de cette espèce jusqu’à ce qu’une reconstruction et un plan de gestion à l’échelle du Pacifique ait été convenu». Selon le WWF, l’industrie du thon rouge dans le Pacifique nord représente 1 milliard de dollars et «soutient les moyens d’existence de dizaines de milliers de personnes». Mais elle court à sa perte…

Avant la nouvelle rencontre de ce comité, prévue dans un an en Corée du Sud, une autre fenêtre de tir apparaît : la réunion en plénière de la WCPFC en décembre.

Côté Atlantique et Méditerranée, le stock de thon rouge (d'une autre espèce), a aussi été dans une situation inquiétante il y a quelques années. Il s’est bien redressé grâce à la mise en place de mesures de gestion et de contrôle adaptées.

La pêche fortement restreinte durant toute une période commence aujourd’hui à bénéficier de ces efforts, avec une légère remontée des quotas. Mais visiblement, le stock de thon rouge augmente plus vite que les quotas, selon les témoignages de pêcheurs français en Atlantique, qui en cette saison rencontrent beaucoup ce grand prédateur.

* Japon, Chine, États-Unis, îles Fidji, archipel du Vanuatu, Canada, Corée du Sud, Philippines, îles Cook et Taïwan.

© Le Marin - http://www.lemarin.fr/secteurs-activites/environnement/26225-echec-des-negociations-sur-le-thon-rouge-du-pacifique?_=1472979905972

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau