Bar : La «petite pêche» fait du lobbying

En parallèle des discussions au Comité national des pêches maritimes (CNPM), les fonctionnaires européens Bernhard Friess et Robert Griffin ont embarqué dans le Finistère avec le ligneur Gwen Pennarun. Deux messages : préserver ce métier en Manche, sans nouvelle contrainte, et mettre en place un plan de gestion du bar dans le golfe de Gascogne.

Plateforme petite peche embarquement ce 22092016Embarquement à Sainte-Marine pour Bernhard Friess (au centre) et Robert Griffin (à droite), avec Gwen Pennarun, président de l’association des ligneurs de la pointe de Bretagne. (Photo : Ken Kawahara)

La sortie en mer était précédée d’une rencontre plus vaste : il aurait été hasardeux de faire aussi tenir sur le pont du Bélouga (8,47 mètres de long) la dizaine de ligneurs venus de mer du Nord, Manche et Atlantique, Maja Kirchner de la Commission européenne, le député Alain Cadec, président de la commission pêche du Parlement européen, et la DPMA (direction des pêches maritimes et de l’aquaculture).

Côté Manche, les ligneurs déjà en difficulté ont des revendications simples, souligne la Plateforme de la petite pêche artisanale française : «Toute mesure plus contraignante que celles appliquées cette année les pousseraient définitivement à la faillite. Ils ont donc demandé à la Commission de reconduire les mesures de gestion de 2016 pour le métier de l’hameçon.»

À savoir : taille minimale passée de 36 à 42 cm depuis septembre 2015, moratoire de deux mois en hiver et limites mensuelles de capture. Jusque-là, ils sont sur la même ligne que le CNPM.

La suite diffère : les ligneurs réclament que les chalutiers soient limités en bar à 1 % de leurs prises quotidiennes (et non par marée), alors que le CNPM défend un taux de captures accessoires augmenté pour éviter du gâchis par les rejets.

Côté golfe de Gascogne, la plateforme réclame «un plan de gestion dès 2017», ou au moins «un moratoire hivernal en février et mars appliqué à tous les métiers». Tandis que la proposition du CNPM pour cette zone est de passer à 38 cm. Visiblement en phase sur ce dernier point, les ligneurs représentés par la plateforme demandent d’éviter un passage brutal à 42 cm.

Communiqué de la plateforme de la petite pêche artisanale française : Plateforme petite peche artisanale rencontre des ligneurs avec la commission europeenne (708.79 Ko)

© Le Marin - http://www.lemarin.fr/secteurs-activites/peche/26435-bar-des-fonctionnaires-europeens-embarques-la-ligne

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau