Après le requin-pèlerin, le requin-taupe fait son trou en Bretagne !

Près des côtes du Trégor, au nord de la Bretagne, le requin-taupe (Lamna nasus) se fait remarquer des pêcheurs. Le vidéaste Didier Brémont a réussi, une fois de plus, à capturer des images de l'animal.

2016 10 13 09h10 20

Capture d'écran - Requin-taupe filmé sur les côtes du Trégor (Bretagne) - © Didier Brémont

Le requin-taupe, appelé également "maraîche", a choisi la Manche, et plus particulièrement les côtes trégoroises, pour se baigner dans les eaux françaises. Habitué des eaux fraîches, on le retrouve également dans l’Atlantique Nord, en Australie, au Brésil et au Chili.

Mais ce requin, assez craintif, s’approche rarement de l’homme.  En 2015, Didier Brémont a réussi à le filmer pour la première fois. Sa technique ? Armé de patiente, il plonge sous son bateau pour attendre que le requin-taupe se présente. Et ses efforts ont de nouveau payé. Sur la vidéo, le requin-taupe saute légèrement hors de l’eau pour attraper une proie puis nage tranquillement à seulement quelques mètres de la caméra.

On le reconnaît à la tâche blanche présente à l’arrière de son aileron ainsi qu'à son museau pointu. Malgré sa taille impressionnante d'environ 3 mètres, ce requin n'a pas de quoi faire peur. En effet, le requin-taupe commun attaque rarement l'humain et la liste ISAF (International Shark Attack File) ne recense que "deux attaques non provoquées en Angleterre et au Canada, toutes deux portées sur des plongeurs et non mortelles". Sa ressemblance avec le grand blanc ou encore le requin-mako n’est néanmoins pas anodine, et pour cause : ils appartiennent tous trois à la même famille des lamnidés.

Une espèce protégée

Le fait que ce requin soit présent sur nos côtes est bon signe. Fortement chassé, il avait bien failli disparaître. Aujourd’hui, le requin-taupe est une espèce protégée et est inscrit comme "en danger" sur la liste rouge de l’UICN (Union Internationale pour la Conservation de la Nature) au niveau national et "vulnérable" au niveau mondial.

L’APECS aimerait prochainement lancer une étude balistique sur ces requins pour pouvoir suivre leurs mouvements et comprendre pourquoi ils ont choisi précisément cet endroit pour rester. Il ne reste plus qu’à trouver des fonds, car une balise coûte entre 3000 et 4000 €. Il s’agirait de la première étude sur les requins-taupes dans la Manche, qui s’ajouterait à celle de 2008-2009 effectuée en Atlantique.

Requin taupe du tregor

Julie Lacoste - © Sciences et Avenir - http://www.sciencesetavenir.fr/animaux/animaux-marins/video-le-requin-taupe-a-fait-son-trou-en-bretagne_107211

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau