Seul, pendant 2 mois, dans l'enfer du phare maudit de Tévennec (29)

Depuis 1910, le phare de Tévennec n'avait plus connu de gardien, plus personne ne voulant y habiter du fait de bien étranges légendes circulant à son sujet, qui avaient obligé l'administration des phares et balises à l'automatiser...

Ob 384893 tevennec 2

Publié dans Ports & Escales, Maritime - Pêche - Fluvial, Aventures & Exploits

Fin février, Marc Pointud a débuté une expérience originale. Vivre seul, pendant 2 mois, au large des côtes bretonnes, sur le phare de Tévennec, un petit caillou posé non loin de la Pointe du Raz et de l'île de Sein.

Arrivé en hélicoptère avec près de 400 kgs de matériels et vivres, un lit et différents éléments de mobilier ayant été amenés sur place depuis quelques semaines déjà, Marc Pointud s'est donc installé dans cette petite maison-phare bien connue des touristes et amoureux de la Bretagne, où son isolement sera toutefois limité par la présence... d'une connexion internet !

Cette expérience, Marc Pointud a souhaité la vivre pour mettre un coup de projecteur sur l'association qu'il préside, la Société nationale pour le patrimoine des phares et balises, qui se bat pour sauver de la ruine les phares laissés à l'abandon. Un coup de projecteur dont l'objectif est de motiver des mécènes à s'investir aux côtés de l'association, sachant que ces deux mois d'isolement constitueront aussi une expérience personnelle pour le Breton.

Initialement, c'est à Noël qu'il aurait dû aménager à Tévennec mais les mauvaises conditions météorologiques d'alors l'en ont empêché.

En choisissant Tévennec, Marc Pointud a sans doute aussi décidé de briser un vieux mythe, celui d'endroit maudit qui colle à la peau de ce phare breton depuis 1910, date à laquelle l'administration des phares et balises décida de l'automatiser, plus aucun gardien ne souhaitant aller y travailler et vivre !

Ob caa74d tevennec 1

En 35 ans, le phare de Tévennec avait en effet accueilli près de 23 gardiens, un record, tous étant partis suite à des maladies, coup de folie et visions de fantômes. Le premier gardien du phare, Henri Guézennec, était devenu fou durant son séjour durant lequel des voix lui ordonnaient en breton de partir : "Va-t’en, va-t’en, ici, c'est ma place".

Pas superstitieux Marc Pointud...

Phare de tevennec

© Actu Nautique - http://www.actunautique.com/2016/02/seul-pendant-2-mois-dans-l-enfer-du-phare-maudit-de-tevennec-29.html

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau