Chili : marée rouge et colère noire

Les pêcheurs de Chiloé, subissant une marée rouge d’une ampleur inédite, sont dans leur deuxième semaine de blocage de l’île pour obtenir une aide suffisante de l’État. La mort des coquillages fait suite à plusieurs épisodes alarmants au Chili, depuis des mois, avec la mort de milliers de saumons asphyxiés, puis de sardines et de mammifères échoués en masse.

Montage chiliLa marée rouge a provoqué la mort massive de coquillages. Les pêcheurs bloquent les accès de Chiloé pour obtenir des aides, soutenus par des manifestations sur le continent. (Photos : médias chiliens)

Ces derniers jours la « marée rouge », prolifération d’algues toxiques Alexandrium catenella, a conduit au décès massif de millions de machas, coquillage typique de la région, et à une interdiction de récolte des bivalves (moules, huîtres, palourdes, machas…). Leur ingestion peut provoquer paralysie et mort.

Cette marée rouge est bien plus forte que celles survenues en 2002, 2006 ou 2009. Elle met au chômage forcé quelque 500 familles de pêcheurs de Chiloé, île au sud du pays à environ 1 000 km de Santiago, étendue sur 180 km de long, et comptant 170 000 habitants.

Manifestant par milliers, avec des barrages enflammés, les pêcheurs bloquent toutes les routes d’accès aux points d’embarquement, coinçant notamment les touristes, deuxième ressource de l’île, et entraînant une pénurie des produits de bases : carburants, aliments et médicaments. Ils bloquent aussi l’expédition du saumon d’élevage, avec une perte estimée par le secteur à 9 millions de dollars par jour : l’île concentre les deux tiers des sites de production chiliens.

Pêche contre aquaculture

Les représentants des pêcheurs ont refusé le 6 mai la proposition du gouvernement : une aide immédiate de 400 000 pesos (environ 600 dollars) chacun, puis 150 000 pesos (225 dollars) par famille et par mois tant que dure la marée rouge. L’interdiction devrait se prolonger encore 4 mois, estiment les experts. Des marches de soutien aux pêcheurs ont eu lieu à Puerto Montt, capitale régionale, et aussi, le lundi 9 mai, à Santiago, la capitale chilienne.

Des scientifiques relient tous ces événements au phénomène climatique El Niño, le réchauffement de la mer entraînant une multiplication d’algues. Phénomène peut-être amplifié par les cendres provenant de l’irruption, il y a un an, du volcan Calbuco, qui auraient agi comme un fertilisant.

Mais les pêcheurs soupçonnent la marée rouge d’être si virulente à cause des tonnes de saumons contaminés déversés en mer en début d’année (plus de 100 000 tonnes de saumon mort par asphyxie à cause des algues). L’industrie du saumon réfute ces accusations. Produisant 800 000 tonnes par an et générant 3,5 milliards de dollars, cette industrie est puissante au Chili, deuxième producteur mondial après la Norvège, et d’ailleurs en partie sous capitaux norvégiens avec le géant Marine Harvest bien implanté. Le gouvernement a annoncé qu’il demanderait « à un groupe de scientifiques indépendants qu'ils réalisent les études nécessaires afin d'évaluer ces hypothèses ».

© Le Marin

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau