Boues rouges : Alteo épinglé et mis en demeure par le préfet

Le 21 juin, le préfet de la région Paca et des Bouches-du-Rhône a mis en demeure Alteo, la société productrice d’alumine à Gardanne, de respecter l’arrêté préfectoral du 28 décembre 2015 qui l’autorise, sous conditions, à continuer ses rejets liquides dans le parc des Calanques pendant six ans.

Ab station de trait 0L’eau émise par la production de bauxite passe par la station de traitement avant d’être rejetée en mer. (Photo : Camille Bleuet)

Elle a deux mois pour s’y conformer, sous peine de sanctions prévues au code de l’environnement.

Cette mise en demeure fait suite à une visite menée par des inspecteurs le 8 mars, durant laquelle de nombreuses infractions ont été constatées : non-respect des valeurs limites réglementaires en pH, en DBO5, en mercure et en zinc ; mauvais positionnement du point de prélèvement en aval du bac de filtration qui empêchait alors la mesure des paramètres sur les eaux résiduaires avant rejet dans le milieu naturel… Enfin, les inspecteurs ont épinglé la non-conformité de la qualité physique des rejets, l’absence de vérification de leur impact toxique sur les milieux et les espèces et l’insuffisance des dossiers d’autocontrôle.

«Notre installation fonctionne globalement bien, même si nous nous heurtons à deux difficultés : une augmentation des impuretés dans le circuit et donc des métaux dans les rejets due à l’arrêt de l’installation suite à un incident (NDLR : une fuite de soude) le 9 mars, et le calcaire en suspension issu de l’eau du canal de Provence qu’il va falloir filtrer, assure Patrick Duchêne, directeur d’Alteo. L’entreprise met en place deux pilotes industriels courant juillet avec les sociétés Air liquide et Extracthive. D’autres suivront à la rentrée.»

Cette mise en demeure devrait apporter de l’eau au moulin des opposants. Cinq associations ont attaqué la décision en février devant le tribunal administratif de Marseille. Si le référé a été rejeté, l’action est toujours en cours. De son côté, Sea Shepherd, associé à deux autres associations, a déposé un recours en annulation pour l’arrêté portant sur l’emprise d’Alteo sur le domaine public devant ce même tribunal.

© Le Marin

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau