Nouméa : prison pour pêche illégale d’holothuries

Le capitaine d'un navire vietnamien, arraisonné fin juin pour pêche illégale au large de la Nouvelle-Calédonie, a été condamné le 20 juillet à Nouméa à quatre mois de prison avec sursis et à la saisie de son bateau.

Holothuries

Un pêcheur vietnamien a écopé de 4 mois de prison avec sursis pour pêche illégale d’holothuries. (Photo : blog Vie Océane)

Le capitaine vietnamien, âgé de 26 ans, comparaissait devant le tribunal correctionnel pour pêche non-autorisée dans les eaux françaises de Nouvelle-Calédonie et refus d'obtempérer. Le bateau, en mauvais état, avait été arraisonné avec 15 marins à bord le 23 juin par la Marine nationale dans la zone économique exclusive de l'archipel, à proximité des îles Belep, à l'extrême nord.

A bord ainsi : 1,6 tonne d'holothuries, très prisées en Chine et dans toute l'Asie. Avec un simple tuyau relié à un compresseur, l'équipage avait pêché les holothuries à environ 40 mètres de profondeur dans une zone du lagon inscrite au patrimoine mondial de l'Unesco.

À l'audience, le capitaine s’est justifié en disant que « dans les eaux territoriales du Vietnam toutes les holothuries sont accaparées par les Chinois ».

Le bateau vietnamien avait rejoint le large de la Nouvelle-Calédonie après 40 jours de mer dans des conditions décrites comme « épouvantables », essuyant une tempête et avec une voie d'eau, mais le capitaine a indiqué qu'il ne « s'était pas rendu compte qu'il était dans les eaux territoriales ».

Contacté lors de l'enquête, l'armateur vietnamien a nié être le propriétaire du navire lorsqu'il a appris son arraisonnement.

«Il ne s'agit pas de pillage du lagon mais de gens qui essaient de survivre et qui sont exploités», a fait valoir Me Franck Royanez, l’avocat du capitaine (cité par l’AFP) qu'il a qualifié «d'archétype d'une misère humaine».

Le capitaine vietnamien a été condamné à 4 mois de prison avec sursis, 2 500 euros de contraventions et à la saisie du navire, du matériel de pêche et de la cargaison d'holothuries.

En Nouvelle-Calédonie, l'équipage, assigné à résidence, a été pris en charge par l'importante communauté vietnamienne de l'île.

© Le Marin

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau