L’Unesco lance un programme de préservation des mangroves

Pour la première Journée internationale pour la conservation de l'écosystème des mangroves le mardi 26 juillet, l’Unesco a annoncé la réalisation d’un Programme de développement durable à l'horizon 2030, visant à la préservation de tous les écosystèmes de mangroves.

5605581224 40c4b286b8 b

La Liste du patrimoine mondial de l’Unesco comprend la réserve des Sundarbans, la plus grande forêt de mangrove au monde, qui est partagée par le Bangladesh et l’Inde © NASA. La forêt de mangroves des Sundarbans (Bangladesh et Inde) est l’une des plus grandes forêts mondiales de ce type (Photo : DR)

«Sa survie est confrontée à de graves défis, allant de l’élévation alarmante du niveau des mers à une biodiversité de plus en plus menacée. Ni notre planète ni l’humanité ne peuvent se permettre de perdre cet écosystème vital», a commenté Irina Bokova, directrice générale de l’Unesco assurant que la réalisation du Programme suppose d’ouvrir de nouvelles voies de développement durable et passe par la préservation de «tous les écosystèmes de mangroves».

Sur les 669 réserves que compte le Réseau mondial des réserves de biosphère de l’Unesco, 86 comprennent des mangroves. Nombre d’entre elles sont situées dans des pays en développement ou dans des petits États insulaires en développement (biosphère de La Hotte en Haïti, l’île de Principe à Sao Tomé-et-Principe, ou la mangrove de Can Gio au Viet Nam).

Les mangroves, situés à l'interface de la terre et la mer, représentent moins de 1 % de l’ensemble des forêts tropicales à travers le monde, et moins de 0,4 % du domaine forestier mondial. Elles disparaissent trois à cinq fois plus vite que les pertes forestières mondiales globales. Or, ces zones humides boisées sont riches en biodiversité. Elles ont un rôle fondamental dans la protection aux risques naturels et aux impacts du changement climatique.

En effet, les mangroves agissent comme une forme de défense côtière naturelle : elles permettent de réduire l'érosion, d'atténuer les vagues et même de réduire la hauteur des ondes de tempête. Les sols de ces écosystèmes sont également des puits de carbone très efficaces, séquestrant de grandes quantités de carbone au fil des millénaires.

De plus, elles fournissent un habitat précieux pour les poissons et les crustacés, nourrissent de nombreux animaux et permettent aux communautés de subsister, en maintenant notamment les activités de pêche.

© Le Marin

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau