Rade de Brest : quand les coquilles d’huîtres protègent le pétoncle

Diversifier la pêche en rade de Brest sur le pétoncle noir paraît crédible, selon les résultats à mi-parcours du projet Dirapen, porté par le comité des pêches du Finistère avec l’écloserie du Tinduff. Les semis réalisés en mai 2015 ont mieux tenu là où des coquilles ont servi d’abri.

Huitre et petoncle credit stephane pouvreau

Une coquille d’huître peut abriter plus d’une dizaine de pétoncles. (Photo : Stéphane Pouvreau / Ifremer)

Dans les années 1980, la production de pétoncles de la rade était de 700 tonnes, elle n’est plus que de 30 tonnes. En mai, 1,1 million de pétoncles noirs ont été ensemencés sur trois sites d’un hectare chacun : l’anse du Roz, la baie de Roscanvel et Kerdrein. Six mois plus tard, la plongée de mi-parcours a montré une densité de 3,2 à 7,1 pétoncles au m2 contre 0 à 2,9 avant semi.

Le gain est le plus fort là où des coquilles vides d’huîtres creuses ont été ajoutées (dans l’anse du Roz). Les coquilles ont servi de nid, protégeant les jeunes pétoncles de la prédation des étoiles de mer, crabes et dorades.

Ce point d’étape présenté le 15 février au comité de pilotage est «plutôt positif» selon Stéphane Pouvreau, qui coordonne le projet à l’Ifremer. Une nouvelle plongée sera menée un an après le semi, pour des conclusions attendues en juin.

© Le Marin – L’hebdomadaire de l’économie maritime

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau