Un projet de polyculture sur filières au large de l’île Molène

Huîtres creuses et plates, moules, ormeaux, pétoncles noirs et algues (les espèces sont encore non déterminées) pourraient bientôt cohabiter sur six filières au large de l’île de Molène, dans le cadre d’un projet porté par le comité régional de la conchyliculture (CRC) de Bretagne nord avec le parc naturel marin d’Iroise (PNMI).

Molene01 2

© Office du tourisme du Conquet

Le parc marin avait lancé en 2014 un appel à projets pour le soutien aux activités aquacoles durables. «Nous allons recréer un écosystème», résume Benoît Salaun du CRC. Il espère obtenir une autorisation préfectorale cet été, pour installer les six filières à l’automne, avant d’ensemencer au moment propice pour chaque espèce.

Ouessant et molene fileminimizer

© cartes du SHOM

Chaque filière comprendra deux bouées-mères à la surface, soutenant une aussière de 100 mètres de long immergée par 3 à 5 mètres, sur laquelle seront amarrées 100 descentes de 4 mètres au maximum, où seront ensemencés les produits. Le comité conchylicole, détenteur de la concession, financera l’expérimentation sur cinq ans pour identifier les espèces intéressantes, avec le soutien du Feamp (fonds européen pour les affaires maritimes et la pêche), voire du parc marin.

Crc nz nord exemple filiere

Exemple de filières. (Photo : CRC Bretagne nord/Bescond)

Les filières devraient être mises en place à 2,8 km au large de Molène, sur 10 hectares, mais « la concession ne devrait pas être retenue tant que l’absence de maërl ne sera pas démontrée », précise le CRCBN. Les premières plongées laissent penser que la zone élue est vierge. Tandis qu’un projet de ferme aquacole voisin, porté par la ferme insulaire de Quéménès, pourrait faire les frais de la présence d’un banc de maërl. « Des études prouvent que la culture d’algues ne nuit pas à la croissance du maërl », argumente Soizic Cuisnier, porteuse du projet, qui attend une décision prochaine du préfet pour l’attribution de sa concession.

© Le Marin – L’hebdomadaire de l’économie maritime

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau