Asie : en six mois, plus de 2 000 pêcheurs esclaves libérés

Ap sipa birman

Sur cette photo prise le 8 septembre 2015, un pêcheur birman, au centre, quitte la ville portuaire d’Ambon, en Indonésie. Comme des centaines d’autres avant lui, ayant subi l’esclavage sur des navires de pêche thaïlandais. (Photo : AP / Achmad Ibrahim).

Depuis mars, plus de 2 000 pêcheurs esclaves ont été libérés en Asie du sud-est, suite aux révélations sur les conditions d’esclavage dans la pêche et l’industrie des produits de la mer. L’agence de presse Associated Press (AP) a ainsi mené une enquête d’un an, des étals aux États-Unis jusqu’à l’« île aux esclaves », Benjina, dans l’est de l’archipel indonésien, où les récalcitrants sont mis en cage…

Cette île sert de base aux équipages asservis aux bateaux de pêche thaïlandais. Elle abrite aussi des hommes qui ont fui dans la jungle, raconte l’AP dans un article publié le jeudi 17 septembre. Forcés à travailler sans salaire ou presque, fouettés, privés de nourriture et d’eau, parfois témoins de la mort de compagnons d’infortune : leurs récits sont édifiants.

Certains ont passé plus de dix ans comme esclaves sur des chalutiers thaïlandais. « Je suis sûr que mes parents pensent que je suis mort », raconte à l’AP Tin Tun Lin, Birman de 25 ans, parti il y a cinq ans : un courtier l’a attiré en Thaïlande pour travailler dans le bâtiment, mais l’a revendu à un bateau de pêche qui l’a emmené en Indonésie.

La Thaïlande domine ainsi l’industrie de la pêche de l'Asie du sud-est, s’appuyant sur des dizaines de milliers de travailleurs migrants pauvres issus des pays voisins. Elle exporte pour 7 milliards de dollars par an de produits de la mer.

Pression commerciale, juridique, politique

Le poisson ainsi capturé se retrouve dans les chaînes d'approvisionnement de grands groupes alimentaires en Amérique, comme WalMart, Sysco et Kroger, et les marques de conserves pour animaux comme Fancy Feast, Meow Mix et Iams. Les entreprises ciblées ont bien sûr dit qu'elles condamnaient ces abus et annoncé des mesures.

Ces révélations, parmi d’autres, ont conduit à une pression accrue le long de la filière. « Aux États-Unis, les importateurs ont exigé des garanties, trois recours collectifs sont en cours, de nouvelles lois ont été introduites et l'administration Obama pousse les exportateurs à assainir leurs pratiques de travail », recense l’AP.

Les actions en justice concernent de grands groupes alimentaires : Mars, IAMS, Proctor & Gamble, Nestlé USA, Nestlé Purina Petcare et Costco, accusés de s’approvisionner en produits de la mer entachés d’esclavage.

En Asie, dans une entreprise de pêche thaïlandaise et indonésienne multimillionnaire, neuf personnes ont été arrêtées et deux navires de pêche ont été saisis. Et surtout, plus de 2 000 hommes ont été libérés, en provenance du Myanmar, de Thaïlande, de Cambodge et du Laos, selon l'Organisation internationale pour les migrations et les affaires étrangères.

« Trafic d’êtres humains »

Ceux de l’île de Benjina ont été les premiers rapatriés par le gouvernement indonésien, début avril, suivis de centaines d'autres des îles voisines. Une ampleur inédite. « Ce nombre de rapatriés cache des centaines d'autres discrètement renvoyés chez eux par leurs sociétés, pour éviter les allégations de trafic d'êtres humains », ajoute l’AP.

Début septembre, des dizaines de Birmans quittaient encore la ville portuaire d’Ambon (Indonésie) pour rentrer chez eux. La plupart ont travaillé pour PT Mabiru Industries, basée à Ambon, dont l’activité a été interrompue suite à une enquête des autorités sur ses pratiques d’esclavage et de pêche illégale. Cette entreprise fournissait notamment en thon albacore les marchés japonais et les États-Unis. Après leur calvaire, le retour de ces hommes n’est pas si évident, sans emploi, les mains vides, avec des cicatrices physiques comme psychologiques. Une étude a montré que dans de tels cas, beaucoup souffrent d’un syndrome post-traumatique.

© Le Marin - l’hebdomadaire de l’économie maritime

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau