Japon: la pêche aux dauphins a repris

Des pêcheurs japonais ont tué leurs premiers dauphins vendredi, dix jours après l'ouverture d'une chasse annuelle controversée. Des animaux chassés pour leur viande, ou pour les livrer vivants à des parcs d'attraction.

Japon baie de taiji dauphins 5353479

Un précédent massacre de dauphins à Taiji, dans l'ouest du Japon, le 20 janvier 2014 - © REUTERS/Adrian Mylne

La "chasse" aux dauphins est à nouveau ouverte au Japon. Un responsable de l'union locale des pêcheurs du port de Taiji, dans le sud-ouest de l'archipel nippon, a précisé que les bateaux étaient partis tôt vendredi et avaient attrapé une dizaine de dauphins. "Ils ont déjà été tués", a-t-il dit.

Pendant les six mois de chasse, de septembre à mars, les pêcheurs repèrent au large les bancs de dauphins et les repoussent par centaines dans une baie de faible profondeur pour les tuer. Des dauphins de tous âges, bébés comme adultes, mais aussi des marsouins, et des petites baleines.

Une pratique dénoncée

Ces scènes choquantes, notamment aux yeux des occidentaux, ont été montrées dans un film produit en 2010, The Cove (La Crique). Un réquisitoire contre la chasse aux dauphins de Taiji, attirant l'attention sur cette pratique, au grand dam des pêcheurs. 

Jusqu'à la sortie du film, les dauphins étaient harponnés au point que l'eau de la mer devenait rouge sombre sur le site de pêche. Une méthode différente est depuis utilisée. Mais d'après l'ONG maritime Sea Sheperd, cette nouvelle technique n'est pas moins barbare que la précédente. Il s'agit désormais d'enfoncer une tige métallique dans la colonne vertébrale des animaux, et pour éviter le trop grand flot de sang, de reboucher ce trou avec une cheville en bois, avant de hisser les bêtes sur les pontons, où elles sont éventrées. Parfois encore vivantes.

The cove extrait

Des défenseurs de l'environnement (les gardiens de la baie), se rendent chaque année sur les lieux et les autorités renforcent leur présence pour éviter les heurts avec les pêcheurs. Selon un officiel de Taiji, une demi-douzaine seulement de défenseurs des animaux ont assisté à la chasse et aucune altercation ne s'est produite. "C'est calme cette année", a-t-il assuré.

L'industrie du spectacle complice?

Au Japon, les dauphins sont tués pour leur chair, tout comme les baleines, ou capturés pour être confiés à des parcs d'attraction. Mais d'après Sea Sheperd, c'est davantage l'industrie du spectacle, et son besoin en dauphins vivants, qui expliquent que la petite ville de Taiji continue cette chasse en dépit de l'opprobre internationale. En effet chaque dauphin capturé vivant permettrait au syndicat des pêcheurs de Taiji de toucher 32 000 dollars, soit environ 28 400 euros. L'association insiste donc pour que le public n'assiste plus à des spectacles mettant en scène des animaux marins. 

Un autre film américain choc, Blackfish, sorti en 2013, dénonçait lui aussi le fonctionnement des parcs marins du groupe SeaWorld, et la façon dont y sont traités les orques. 

En août, le Marineland d'Antibes, plus grand parc marin d'Europe, avait été confronté aux manifestations d'"anti-delphinariums", qui appelaient les touristes au boycott de cette attraction bientôt quinquagénaire. Pour sa défense la direction du parc avait affirmé que 90% de ses animaux étaient nés en captivité.

D'après Sea Sheperd, 20 000 dauphins, marsouins et petites baleines sont tués chaque année au Japon.

Sandrine Chesnel, avec AFP © L’Express

"The Cove. La baie de la honte" : Le film dans son intégralité - 1h 31mn :

The cove entier

Extrait de "Blackfish" 2mn 7s : https://www.youtube.com/watch?v=BC8oECpsWu4

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau