Une association veut créer une nation de l'Océan

L'association écologiste Sea Sherperd vient de lancer, à Saint-Tropez, une campagne en faveur de la création d'une «nation de l'Océan» - Rendez-vous le 17 Octobre à La Seyne Sur Mer pour le lancement.

Lassociation veut creer une nation de locean

Une nouvelle nation a vu le jour. Une nation symbolique, certes... | (Photo Jean-Michel Niester/Ouest-France)

Une nouvelle nation a vu le jour. Une nation symbolique, certes, appelée Ocean Nation. Et qui vient de voir le jour, cette semaine, dans le golfe de Saint-Tropez. À bord du « Colombus », le bateau-ambassadeur de Sea Sherperd barré par le skipper Jean-Yves Terlain, Paul Watson, fondateur de cette ONG de défense des océans, et Pierre Rabhi, fondateur de l'association Colibris, ont symboliquement lâché en mer une bouée flanquée d'un drapeau aux couleurs noire et blanche de cette nouvelle « nation ».

«L'océan est un bien commun et nul ne peut se l'accaparer»

« L'idée est simple. Il s'agit d'affirmer que l'océan est un bien commun et que nul ne peut se l'accaparer. Nous avons donc décidé de le revendiquer pour une nation, mais une nation qui est celle de tous les êtres humains. Nous en sommes tous les citoyens », commente Olivier Dubuquoy, le promoteur de ce projet. Sea Sheperd, qui célèbrera le 17 octobre prochain à La Seyne-sur-Mer la naissance officielle de cette nouvelle nation, avec notamment un concert du chanteur M, a d'ores et déjà mis en ligne sur son site une « Déclaration universelle de la Nation Ocean ».

Celle-ci proclame notamment que la police de cette nation sera assurée par la flotte de Sea Sheperd, composée de neuf navires, dans la droite ligne des actions radicales menées depuis 1977 par Paul Watson, en particulier contre la chasse à la baleine.

«La planète n'est pas à vendre»

A noter que cette action symbolique vise à sensibiliser les opinions publiques à quelques semaines de la COP 21, la conférence mondiale sur le climat qui se tiendra à Paris, notamment sur l'importance des océans dans cette problématique. « La France a l'opportunité d'amorcer un vrai changement et de laisser un héritage concret », souligne l'Américano-Canadien Paul Watson. « Le président français a aussi l'opportunité de parler aux générations futures. C'est de France et d'Europe que peuvent venir des solutions, plus que d'Amérique du Nord ou d'Australie. »

Pierre Rabhi, d'ailleurs nommé ambassadeur d'Ocean Nation, détaille, lui, la portée symbolique de cette action. « Aujourd'hui, l'argent donne le droit de faire des hold-up légaux sur le bien commun de l'humanité, que cela soit la terre ou les océans. Cette idée de nation de l'océan peut permettre d'éveiller les consciences sur le fait que la planète n'est pas à vendre. »

© Ouest-France

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau