Un concurrent artificiel pour l’aileron de requin ?

Doux rêveurs ou précurseurs ? Les fondateurs de New Wave Foods, une start-up californienne, ont annoncé mi-novembre qu’ils développaient des ailerons de requins artificiels.

Shark bali

New Wave Seafoods s’appuie sur les données de certaines ONG pour avancer le chiffre de 70 millions de requins tués chaque année pour leurs ailerons - (Photo : Bali Animal Welfare Association)

Le but ? Mettre fin à la pratique du shark-finning, qui consiste à découper l’aileron du requin avant de rejeter ce dernier à la mer, le condamnant à une mort lente et douloureuse. Une activité alimentée par la forte demande provenant des pays asiatiques, les nageoires dorsales étant très prisées dans la médecine et la cuisine traditionnelles et pouvant atteindre 600 euros le kg.

Dérivés d’algues

Selon New Wave Foods, «la pêche aux ailerons serait responsable de la mort de plus de 70 millions de requins chaque année». Le porte-parole de l’entreprise, Florian Radke, indique que «l'objectif serait à terme de lancer ces ailerons sur le marché afin de concurrencer le shark-finning et d'y mettre un terme. Nous voulons recréer ce que les gens mangent depuis des siècles, mais de façon plus propre et sans conséquence pour la nature».

Shark

Le shark-finning condamne l’animal à une mort douloureuse et lente (Photo : Bal Animal Welfare Association)

Et le produit ? Il est annoncé comme le «résultat d’une combinaison de dérivés d'algues et de protéines produites par des cellules génétiquement modifiées». Selon la start-up, ces ailerons, fabriqués en laboratoire, seraient d'une qualité très satisfaisante. L’entreprise, qui prévoit une commercialisation pour 2016, précise qu’une trentaine de chefs renommés ont déjà précommandé ce «smart-fin» pour leurs restaurants. New Wave Foods n’entend pas s’arrêter en si bon chemin : elle annonce la future mise au point de crevettes artificielles à base d’algues.

© Le Marin – l’hebdomadaire de l’économie maritime

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau